1918 : enfin la paix !

Georges Clémenceau, dit le Tigre (1841-1929).
Georges Clémenceau, dit le Tigre (1841-1929).

Un seul devoir et simple : demeurer avec le soldat, vivre, souffrir, combattre avec lui, abdiquer tout ce qui n’est pas de la patrie…, proclamait Clémenceau, le « Tigre », en 1917.
Un an après, le 11 novembre 1918, à 11 heures, les cloches sonnent à toute volée dans les campagnes de France : l’armistice a été signé à Rethondes. En ce jour de liesse, on oublie les quatre années d’horreurs, les sept cent mille morts de Verdun et la cruelle guerre des tranchées. La France applaudit et célèbre ses chefs victorieux : « le Tigre », bien sûr, mais aussi tous les généraux comme Foch, Pétain, Joffre, Lyautey, Gouraud, Galliéni, Mangin.
La France a perdu plus d’un million trois cent mille de ses enfants dans cette « der des ders » et l’avenir semble radieux. Rien, en ce jour de gloire, ne laisse prévoir que, vingt ans plus tard, la guerre va prendre sa revanche.