Adam de la Halle, le Bossu d’Arras

Un trouvère au Moyen Âge (d'après une tapisserie médiévale).
Un trouvère au Moyen Âge (d’après une tapisserie médiévale).

Si son surnom de Bossu d’Arras est rien moins qu’attentionné, Adam de la Halle apparaît comme l’un des poètes les plus originaux du XIIIe siècle.
De sa vie, seuls quelques détails nous sont connus. On sait qu’il naquit en Artois, vraisemblablement à Arras, entre 1240 et 1250. Son nom de famille était Le Bossu, mais son père, bourgeois aisé, fut surnommé "de la Halle" pour des raisons inconnues. Un nom qui allait entrer dans l’histoire.
Très tôt, Adam devait s’adonner à la poésie. Et sans doute y acquit-il une petite célébrité puisque d’autres auteurs, comme Jean Brétel ou Baude Fastoul, le citent. Obligé de quitter Arras à la suite de conflits municipaux, Adam de la Halle composa, vers 1276-1280, un "Congé" où il célèbre son attachement à la cité tout en pestant contre elle :
"Arras, Arras, ville de haine et de perfidie, qui jadis était toute noblesse…"
De retour dans le cité picarde vers 1274, il compose, deux ans plus tard, son "Jeu de la Feuillé", évoquant aussi bien la folie que la feuillée où le chevalier tente de séduire la bergère. Surtout, ce morceau est la première pièce de théâtre en langue française. Une pièce où l’auteur mêle la vie d’Arras, la satire traditionnelle et la parodie de genres littéraires célébrés à l’époque (chansons, romans arthuriens). Moderne sur bien des points, cette pièce, amère, demeure ambiguë sur bien des points. Mais, certainement, elle est inclassable et passe pour le chef-d’œuvre d’Adam de la Halle.
Scène de représentation de troubadours dans un château (gravure du XIXe siècle).
Scène de représentation de troubadours dans un château (gravure du XIXe siècle).

Devenu maître ès arts, le poète arrageois entre, vers 1280, au service de Robert II d’Artois, neveu de saint Louis, puis se rend à la cour napolitaine de Charles d’Anjou. Cette cour est alors la plus cultivée d’Europe et, malgré les tensions politiques (Vêpres siciliennes, abandon de la Sicile au profit de l’Aragon), Adam dut s’y trouver parfaitement à l’aise. C’est d’ailleurs lors de ce séjour qu’il fait représenter sa seconde pièce, le Jeu de Robin et Marion. D’autres œuvres marqueront le parcours du poète mais des œuvres plus courtes, des chansons, des rondets, des jeux-partis. L’histoire ne dit pas clairement quand et où décéda Adam de la Halle mais on suppose que c’est vers 1288 et sans doute dans les Pouilles qu’il mourut. A moins, et c’est une autre hypothèse, qu’il ait auparavant regagner Arras où ses dernières œuvres seront jouer.