Agrippa d’Aubigné : la poésie au service de la Réforme

Agrippa d'Aubigné (1552-1630).
Agrippa d’Aubigné (1552-1630).

Nous sommes ennuyés de livres qui enseignent, donnez-nous-en pour émouvoir, en un siècle où tout zèle chrétien est péri, où la différence du vrai et du mensonge est comme abolie, écrit Agrippa d’Aubigné dans Les Tragiques.
Poète satirique avant tout, il va passer sa vie à réclamer vengeance, à crier sa colère et son dégoût et à défendre, avec ardeur, la cause protestante.
Né en 1552, dans une noble famille protestante, Agrippa d’Aubigné a dix ans quand on lui fait jurer, devant les cadavres des conjurés d’Amboise, de vouer à la religion catholique une haine implacable. Huguenot fanatique dès cette époque, il guerroie dans l’armée d’Henri de Navarre, futur Henri IV, avant de se retirer à Casteljaloux après l’abjuration de ce dernier.
C’est alors qu’il compose son œuvre maîtresse, Les Tragiques, qui brosse un tableau extrêmement sombre de la France durant les guerres de religion. Revenu à la politique durant la minorité de Louis XIII, il soutient les protestants révoltés mais, condamné à mort par contumace, il se réfugie à Genève où il meurt, le 9 mai 1630.