Aiquin ou quand les Sarrasins possédaient la Bretagne

Le Charlemagne
Le Charlemagne "des légendes" (gravure du XIXe siècle).

Un roi, sarrasin, dominant la Bretagne. Un futur empereur, franc, désireux de le débouter. Telle est l’histoire d’Aiquin, une chanson de geste du XIIe siècle.
L’aventure se situe lors d’un retour de Charlemagne de Saxe. Il est accompagné du père de Roland, de Roland lui-même, d’Olivier, d’Ogier et d’autres seigneurs qui figurent dans la Chanson de Roland. Aiquin souverain des Sarrasins a débarqué en Bretagne et la soumise. Seule la ville de Dol résiste encore grâce à son archevêque qui fait figure de héros. D’abord vainqueurs, les Francs vont être vaincus dans l’île de Cézembre et un des compagnons de Charlemagne manque d’y périr lorsque, blessé, il est mis en danger par le flux. Après maintes aventures, les Francs s’emparent de Guidalet où s’était réfugié Aiquin. Le Sarrasin prend la fuite, abandonnant son épouse qui se fait chrétienne et reçoit le baptême.
Un seul manuscrit, datant du Xve siècle, relate encore l’étrange histoire de ce Sarrasin roi de Bretagne. Une histoire si étrange que l’étude des sources a permis de reconnaître dans ces Sarrasins des Normands. L’auteur, sans doute un clerc et un Breton, les nomme même à plusieurs reprises les "Norois" ou les "gens du Nort païs". C’est dans une volonté de se mettre "au goût du jour" qu’il en a fait des Sarrasins.
Aiquin serait dès lors un seigneur normand -ou viking-, le même dont Froissart fait descendre la famille de Du Guesclin, héritier du fils d’Aiquin, que Charlemagne aurait fait baptisé en lui donnant le nom d’Olivier et à qui il aurait donné le fief de Glay Aquin.