Antipater ou la fin de l’empire d’Alexandre

Médaille d'Alexandre le Grand.
Médaille d’Alexandre le Grand.

Contrairement à une idée répandue, la mort d’Alexandre le Grand n’avait pas signifié la fin de son empire. Prévoyant, tout entier tourné vers ses conquêtes, le Macédonien avait depuis longtemps prévu une forme de régence. La première d’entre elles, la plus ancienne, celle de la Macédoine, avait été confiée à Antipater, un valeureux lieutenant de Philippe, le père du Conquérant. Dès 334 avant J.-C., soit dès le début de l’expédition d’Alexandre en Asie, c’est lui qui assurera le gouvernement effectif du royaume. Cette régence, en quelque sorte, va d’ailleurs révéler immédiatement sa raison d’être, Sparte et la Thrace profitant de l’absence du souverain pour se rebeller. Des rébellions qu’Antipater s’empressera d’étouffer, confirmant par son action la confiance qu’Alexandre avait placé en sa personne. Ecarté pendant un temps suite aux intrigues d’Olympias, la mère du Conquérant, Antipater retrouvera sa place et son rôle… à la mort d’Alexandre (323 avant J.-C.) ! De fait, la situation était critique et la Macédoine, comme l’empire d’Alexandre, avait un besoin vital d’unité ou du moins d’unité affichée. De fait, Antipater saura admirablement incarner cette unité, luttant efficacement contre Athènes, contre Lamia ou contre toute autre ville affichant quelque velléité d’indépendance. Grâce à lui, l’empire d’Alexandre devait survivre à Alexandre… il ne se disloquera qu’en 319 avant J.-C., soit à la mort d’Antipater.