Arcole : une histoire d’eau

Bonaparte au pont d’Arcole (détail de la peinture de Gros).
Bonaparte au pont d’Arcole (détail de la peinture de Gros).

Il était grand –par l’ambition- , il était beau, il sentait bon le sable chaud… enfin, plutôt la boue. Car si tout le monde connaît le tableau mettant en scène Napoléon traversant le pont d’Arcole l’étendard à la main, la réalité est bien loin de cette image.
Cela s’est passé du 15 au 17 novembre 1796. A la tête de l’armée d’Italie, Bonaparte, qui n’est pas encore Napoléon Ier, lance ses 38 000 hommes à l’assaut de l’Italie. Une coalition autrichienne et italienne lui barre le passage. Arcole, n’est certes qu’un épisode de cette conquête, mais c’est certainement le plus célèbre. A ce moment, Masséna et Auguereau ont battu en retraite face à l’avance autrichienne. Reste le pont d’Arcole, qui sépare les Français des armée d’Alvinczy.
La bataille se soldera par une victoire pour le camp français mais jamais Bonaparte ne traversa ce fameux pont, comme le célèbrera le peintre Antoine Gros. Jamais il ne le passera car c’est dans l’eau, ses hommes étant éparses, que Bonaparte parvint de l’autre côté de la rive. Au final, le bouillant général corse parviendra à son but : conquérir l’Italie. Une conquête faite dans la boue, ce qui n’enlève rien au génie du bouillant général.
Au final, si Gros, élève de David, détourna l’histoire par sa représentation de la bataille du pont d’Arcole, ce n’est sans doute que pour rendre hommage au stratège et au meneur d’hommes qu’était et que sera longtemps Napoléon Bonaparte.