Aux origines de la guerre de Troie

Hélène et Paris, d'après un vase grec.
Hélène et Paris, d’après un vase grec.

Les origines de la guerre de Troie, événement mettant en scène essentiellement des hommes, remontent à… une affaire de femmes.
Alors que les dieux célébraient en grande pompe le mariage de Thétis avec le mortel Pelée, la Discorde, Éris, surgit au beau milieu de la fête. Comme toutes les divinités, elle était porteuse d’un cadeau de prix : une magnifique pomme d’or, qui devait revenir… à la plus belle des déesses. Pour Éris, c’était un coup de maître, car, aussitôt, trois déesses se mettent en lice, sûre que la pomme doit leur revenir : il s’agit d’Athéna, d’Héra et d’Aphrodite. Certes, les trois déesses sont très belles, mais quel est le dieu qui osera désigner l’une plutôt que l’autre, au risque de s’attirer les foudres -le mot n’est pas trop fort- des deux autres ? Évidemment, les dieux sont loin d’être fous et préfèrent laisser ce genre de « cadeaux empoisonnés » aux autres, en l’occurrence les hommes…
C’est à un beau jeune homme, Pâris, fils du roi Priam, que va revenir l’honneur de choisir parmi les trois déesses. Après bien des hésitations, Pâris désigne enfin Aphrodite, qui lui a tout bonnement promis l’amour de la plus belle des femmes, Hélène de Sparte. Qu’Hélène soit déjà mariée importe peu pour Aphrodite, toute heureuse de voir confirmer ce dont elle-même ne doutait pas un seul instant : qu’elle était la plus belle !
Pâris, qui, pour un prince n’a décidément aucune notion de diplomatie, s’embarque donc pour Sparte, où Ménélas l’accueille à bras ouverts, le comblant d’attentions et de présents. Entre princes, cela va de soi ! Mais, le jour où Ménélas est appelé hors de Sparte pour raisons familiales, il charge son épouse de s’acquitter, à sa place, de son rôle d’hôte parfait. Hélène et Pâris sont désormais seuls et le jeune Troyen n’a plus qu’à laisser agir le charme que lui a octroyé Aphrodite : Hélène succombe et, abandonnant tout, mari et enfants, s’embarque pour Troie. Non seulement Pâris a volé la femme d’un prince -et pas n’importe lequel, un Atride- mais il a surtout bafoué les lois de l’hospitalité, si importantes en Orient… Un tel outrage demandait réparation : ce sera la guerre de Troie.

Aux origines de la guerre de Troie

Hélène et Paris, d'après un vase grec.
Hélène et Paris, d’après un vase grec.

Les origines de la guerre de Troie, événement mettant en scène essentiellement des hommes, remontent à… une affaire de femmes.
Alors que les dieux célébraient en grande pompe le mariage de Thétis avec le mortel Pelée, la Discorde, Éris, surgit au beau milieu de la fête. Comme toutes les divinités, elle était porteuse d’un cadeau de prix : une magnifique pomme d’or, qui devait revenir… à la plus belle des déesses. Pour Éris, c’était un coup de maître, car, aussitôt, trois déesses se mettent en lice, sûre que la pomme doit leur revenir : il s’agit d’Athéna, d’Héra et d’Aphrodite. Certes, les trois déesses sont très belles, mais quel est le dieu qui osera désigner l’une plutôt que l’autre, au risque de s’attirer les foudres -le mot n’est pas trop fort- des deux autres ? Évidemment, les dieux sont loin d’être fous et préfèrent laisser ce genre de « cadeaux empoisonnés » aux autres, en l’occurrence les hommes…
C’est à un beau jeune homme, Pâris, fils du roi Priam, que va revenir l’honneur de choisir parmi les trois déesses. Après bien des hésitations, Pâris désigne enfin Aphrodite, qui lui a tout bonnement promis l’amour de la plus belle des femmes, Hélène de Sparte. Qu’Hélène soit déjà mariée importe peu pour Aphrodite, toute heureuse de voir confirmer ce dont elle-même ne doutait pas un seul instant : qu’elle était la plus belle !
Pâris, qui, pour un prince n’a décidément aucune notion de diplomatie, s’embarque donc pour Sparte, où Ménélas l’accueille à bras ouverts, le comblant d’attentions et de présents. Entre princes, cela va de soi ! Mais, le jour où Ménélas est appelé hors de Sparte pour raisons familiales, il charge son épouse de s’acquitter, à sa place, de son rôle d’hôte parfait. Hélène et Pâris sont désormais seuls et le jeune Troyen n’a plus qu’à laisser agir le charme que lui a octroyé Aphrodite : Hélène succombe et, abandonnant tout, mari et enfants, s’embarque pour Troie. Non seulement Pâris a volé la femme d’un prince -et pas n’importe lequel, un Atride- mais il a surtout bafoué les lois de l’hospitalité, si importantes en Orient… Un tel outrage demandait réparation : ce sera la guerre de Troie.