Barberousse ou la légende du Grand Roi

Miniature représentant Frédéric Ier Barberousse (1122-1190) en croisé.
Miniature représentant Frédéric Ier Barberousse (1122-1190) en croisé.

Roi des Lombards, Frédéric Ier de Hohenstaufen, dit Barberousse,  empereur germanique depuis 1152, est, avant tout, un conquérant et c’est contre la papauté que se déroulera son plus long combat. Les cités lombardes, officiellement vassales de l’Empire, sont en perpétuelle révolte et le pape Alexandre III les soutient face au très redoutable Barberousse. Le conflit qui oppose les Gibelins, les hommes de l’Empereur, et les Guelfes, surnom de la dynastie précédente, va s’étendre de l’Empire à l’Italie et durera dix-sept ans. Pourtant, bien que vaincu en Italie, Barberousse va continuer ses multiples combats, créant ainsi sa réputation de souverain qui n’accepte ni le déshonneur ni la défaite.
Le 2 octobre 1187, Saladin s’empare de Jérusalem et Frédéric, qui voit une chance de démontrer qu’il est le vrai défenseur de la Chrétienté, est le premier à répondre à l’appel du pape. Il lève alors une armée de cent mille hommes et, accompagné de Richard Cœur de Lion et de Philippe Auguste, prend la route de la Terre Sainte.
C’est Barberousse qui, fasciné depuis toujours par la civilisation islamique, entreprendra toutes les négociations avec Saladin. Mais la croisade est de courte durée pour l’Empereur, qui est déjà un vieil homme de soixante-huit ans. La traversée de l’Asie Mineure est terrible et la chaleur assaille les hommes. Passant près de la rivière du Cydnus où Alexandre le Grand avait failli se noyer, Barberousse ne résiste pas à la tentation : il prend un bain et se noie, le 10 juin 1190.
L’Empereur est mort mais, pendant que Richard continue la lutte en Terre Sainte et que Philippe II manœuvre afin d’accroître le domaine royal, la légende de Barberousse naît. On dit même qu’il n’est pas mort mais qu’il dort, quelque part sous une montagne de Kyffäuserberg, en Thuringe, et qu’un jour le Grand Roi se réveillera et sauvera l’Occident en péril…

Barberousse ou la légende du Grand Roi

Miniature représentant Frédéric Ier Barberousse (1122-1190) en croisé.
Miniature représentant Frédéric Ier Barberousse (1122-1190) en croisé.

Roi des Lombards, Frédéric Ier de Hohenstaufen, dit Barberousse,  empereur germanique depuis 1152, est, avant tout, un conquérant et c’est contre la papauté que se déroulera son plus long combat. Les cités lombardes, officiellement vassales de l’Empire, sont en perpétuelle révolte et le pape Alexandre III les soutient face au très redoutable Barberousse. Le conflit qui oppose les Gibelins, les hommes de l’Empereur, et les Guelfes, surnom de la dynastie précédente, va s’étendre de l’Empire à l’Italie et durera dix-sept ans. Pourtant, bien que vaincu en Italie, Barberousse va continuer ses multiples combats, créant ainsi sa réputation de souverain qui n’accepte ni le déshonneur ni la défaite.
Le 2 octobre 1187, Saladin s’empare de Jérusalem et Frédéric, qui voit une chance de démontrer qu’il est le vrai défenseur de la Chrétienté, est le premier à répondre à l’appel du pape. Il lève alors une armée de cent mille hommes et, accompagné de Richard Cœur de Lion et de Philippe Auguste, prend la route de la Terre Sainte.
C’est Barberousse qui, fasciné depuis toujours par la civilisation islamique, entreprendra toutes les négociations avec Saladin. Mais la croisade est de courte durée pour l’Empereur, qui est déjà un vieil homme de soixante-huit ans. La traversée de l’Asie Mineure est terrible et la chaleur assaille les hommes. Passant près de la rivière du Cydnus où Alexandre le Grand avait failli se noyer, Barberousse ne résiste pas à la tentation : il prend un bain et se noie, le 10 juin 1190.
L’Empereur est mort mais, pendant que Richard continue la lutte en Terre Sainte et que Philippe II manœuvre afin d’accroître le domaine royal, la légende de Barberousse naît. On dit même qu’il n’est pas mort mais qu’il dort, quelque part sous une montagne de Kyffäuserberg, en Thuringe, et qu’un jour le Grand Roi se réveillera et sauvera l’Occident en péril…