Chichén Itzá, en l’honneur du dieu Chac

Pyramide de Chichen Itza.
Pyramide de Chichen Itza.

Fondée vers le milieu du VIe siècle de notre ère sur la presqu’île du Yucatan, Chichén Itzá ne fut qu’un poste frontière de l’Empire maya avant d’atteindre le rang, vers le milieu du Xe siècle, d’un des principaux centres de l’Empire, puis celui de capitale sous la domination Toltèque (XIIIe siècle). C’est là qu’elle connut son apogée, notamment comme centre religieux, avant d’être littéralement abandonnée, désertée par ses habitants pour des raisons encore inconnues (XVe siècle).
Désormais, les ruines de Chichén Itzá se dressent sur la plaine côtière de la mer des Caraïbes, dans une région de roche calcaire recouvrant de gigantesques nappes d’eau. Mais par endroits, lorsque la croûte superficielle s’effondre, apparaissent de vastes puits naturels que les Mayas appelaient chen ou tz’onot, déformé en cenote. De même, on peut encore voir, près de Chichén Itzá, un célèbre cénotaphe qui constituait un lieu de pèlerinage où les fidèles de l’Empire maya venaient adorer Chac, le dieu de la pluie : on avait coutume de jeter dans le puits, profond de vingt mètres, des offrandes et même des victimes humaines dont on a retrouvé des ossements mêlés aux bijoux de jade, d’os et aux disques d’or ciselé offerts à l’exigeante divinité.