Contre les soldats de Jésus

L'expulsion des Jésuites.
L’expulsion des Jésuites.

Fondée en 1540 par saint Ignace de Loyola, la Compagnie de Jésus avait deux particularités : c’était un ordre missionnaire, et qui le prouva tout au long du XVIe siècle, et sa hiérarchie obéissait directement au pape. C’est d’ailleurs l’ultramontanisme de l’ordre des jésuites -c’est-à-dire un soutien indéfectible au pape- qui va lui attirer, au XVIIIe siècle, l’animosité de la majorité des gouvernements, généralement des monarchies absolues qui voyaient dans l’ordre la représentation d’une puissance étrangère, celle du pape.
Les attaques se firent très virulentes notamment en France, terre bénie du gallicanisme, où l’ordre est expulsé en 1764, puis en Espagne, à Naples, en Toscane. Seuls Frédéric II de Prusse et Catherine II de Russie, deux souverains non-catholiques, protégèrent l’ordre. Finalement, cédant à la pression des monarques européens, le pape Clément XIV décide la suppression de l’ordre des jésuites, le 21 juillet 1773. Il ne sera rétabli qu’en 1814.