Cook : l’invitation au voyage

James Cook (1728-1779).
James Cook (1728-1779).

C’est sur la terre ferme que naquit James Cook en 1728. Fils d’un fermier du Yorkshire, il devient apprenti épicier avant d’apprendre le métier de marin avec des pécheurs de sa région. Dès lors, Cook ne devait plus voir sa vie que sur la mer. Il acquit, en autodidacte, des notions de mathématiques et d’astronomie et entra, en 1755, dans la marine royale anglaise. Tout en prenant part aux opérations navales dans les eaux canadiennes, Cook complète sa formation scientifique et se voit confier, entre 1763 et 1767, de lever les côtes de Terre-Neuve. Cette première mission fait office de ban d’essai et, à peine Cook a-t-il mener cette entreprise à bien qu’il se voit confier une nouvelle mission, autrement plus importante, plus motivante aussi. Trois fois de suite, en effet, le gouvernement britannique devait charger le marin d’accomplir un tour du monde. Le premier, de 1768 à 1771, avait pour but d’observer le passage de Vénus sur le soleil à Tahiti. Parti de Plymouth à bord de l’Endeavour, Cook séjourna sur l’île d’avril à juillet 1769 puis découvrit les îles de la Société, reconnut la Nouvelle-Zélande, redécouvrit le détroit de Torres et regagna l’Angleterre en juillet 1771. Le second voyage de Cook avait pour objet de résoudre le problème du continent austral, qui tourmentait depuis longtemps les géographes. Parti en juillet 1772 avec deux navires, la Resolution et l’Adventure, Cook et ses équipages devaient faire trois croisières antarctiques et acquérir la certitude de l’inexistence d’un grand continent austral.
L'équipe de Cook à Java (tableau du XVIIIe siècle).
L’équipe de Cook à Java (tableau du XVIIIe siècle).

Au cours de ce même voyage, il fit de nouvelles visites aux îles Sandwich, visiter la Calédonie avant de rentrer en Angleterre en 1775. Un troisième voyage, à bord de la Resolution et de la Discovery, conduira Cook vers les côtes américaines. Avant de les longer, il découvrit les îles Hawaï (1778) puis tenta de percer le passage du Nord-Ouest, en vain. C’est lors d’un second séjour à Hawaï, en février 1779, que James Cook devait périr, tué par les indigènes.
L’héritage de Cook est cependant impressionnant : il apparaît en effet comme le premier navigateur scientifique moderne et le plus complet. Sa curiosité, manifeste dans sa vocation et dans son action, trouvera un écho dans les carnets de ses trois voyages autour du monde que Cook prendra soin de décrire par le menu, poursuivant ainsi une tradition d’information et de relevés scientifiques que tous les grands navigateurs scientifiques sauront appliquer.