Dans l’ombre de Victoria

Albert de Saxe-Cobourg et Gotha (1819-1861).
Albert de Saxe-Cobourg et Gotha (1819-1861).

Aisément cantonné au rôle de père de ses neuf enfants ; facilement relégué dans la statut d’époux de la reine ; tout juste désigné sous le titre -acquis en 1857- de prince consort : Albert de Saxe-Cobourg et Gotha fait partie de la longue galerie de souverains méconnus.
Fils cadet du duc de Saxe-Cobourg et Gotha, cousin germain de la reine Victoria, il est à peine plus âgé qu’elle lorsqu’il l’épouse en 1840. Un mariage politique, qui sera également un véritable mariage d’amour duquel naîtront pas moins de neuf enfants. L’amour de la reine, le nombre d’enfants, brandit comme une sorte de "preuve" de cet amour : voilà, généralement à quoi se limite la biographie du prince Albert. Un prince qui ne deviendra consort qu’au bout de dix-sept ans de mariage ; un prince qui, semble-t-il, avait mérité ce titre de consort…
Certes, Albert ne gouverna pas directement, son épouse y parvenant admirablement sans son aide. Certes, son origine allemande pouvait même être un handicap. Mais le prince saura rapidement se rendre indispensable à son épouse autrement que dans leur vie de couple. Réorganisateur de l’armée lors de la guerre de Crimée, conseiller écouté de la reine, il saura surtout mettre en avant ses talents d’organisateur et même de promoteur lors de l’Exposition universelle de 1851, exposition qui sera -et il est bon de le souligner- un succès populaire autant que financier.
L’art, la peinture et la musique surtout, l’industrie, l’agriculture compteront également au nombre des "talents" du prince. Un prince allemand qui se dévouera à sa nouvelle patrie autant qu’à sa famille ; un prince allemand qui se verra nier toute existence ou presque, jusqu’à perdre son nom. En effet, lors de la Première Guerre mondiale la famille royale anglaise allait abandonner ce nom, à connotation par trop germanique, pour celui de Windsor.