Delenda est Carthago

Médaille de la Carthage antique.
Médaille de la Carthage antique.

Delenda est Carthago ! (Il faut détruire Carthage !) réclame le moraliste Marcus Caton depuis son retour d’un voyage en Afrique, en 153 avant J.-C.. Et à peine un demi siècle après Zama et la reddition d’Hannibal, la puissance carthaginoise -puissance avant tout économique- effraie toujours les Romains qui, prenant prétexte de la déclaration de guerre de la cité africaine à un allié de Rome, le Numide Massinissa, qui empiétait régulièrement sur le territoire carthaginois, déclenche la troisième guerre punique.
À peine les légions romaines ont-elles débarqué que les Carthaginois livrent leurs armes et trois cents otages. Mais quand ils apprennent le véritable but de cette expédition, c’est-à-dire la destruction totale de la ville, ils se dressent fièrement face à l’oppresseur romain et décident de lui tenir tête. Ils refusent la destruction de leur flotte, fleuron du commerce méditerranéen, l’évacuation de leur cité et sa reconstruction à dix milles à l’intérieur des terres. Pour la capitale d’un peuple essentiellement composé de marins, cela signifiait la mort à petit feu… Les Carthaginois s’enferment donc dans leur ville, prêts à mourir les armes à la main !
Dans cette défense désespérée, les Carthaginois, dirigés par Hasdrubal, semblent indomptables. Dès le début, les armées romaines s’étaient établies sous les remparts de la ville et avaient entamé un siège qu’elles espéraient rapide. Grâce à l’obstination des Carthaginois, il durera trois ans…
Il faut attendre 146 avant J.-C. et l’arrivée de Scipion Émilien, digne héritier du vainqueur d’Hannibal, pour que le statu quo régnant depuis trois ans soit brisé.
En quelques mois, Scipion Émilien, qui a épuisé la ville assaut après assaut, a soumis la cité rebelle. Hasdrubal s’est rendu les armes à la main et finira prisonnier à Rome. Et malgré la défense héroïque de Carthage, Rome décide sa destruction.
Durant seize jours, les flammes lèchent les murs de l’ancienne capitale puis les Romains s’attèlent à sa destruction complète et systématique : ils abattent ses murs, éparpillent ses ruines et jettent le sel sur ses terres pour les rendre stériles.
Rome a gagné, Carthage est morte, l’orgueilleuse cité n’est plus qu’un amas de ruines…