Dumont d’Urville découvre la terre Adélie

Jules Dumont d'Urville (1790-1842).
Jules Dumont d’Urville (1790-1842).

Jules Sébastien César Dumont d’Urville (1790-1842) n’en est pas à sa première exploration lorsqu’il s’embarque vers l’Antarctique.
Décoré de l’ordre de Saint-Louis par Charles X (1824-1830) après avoir fait la découverte de la Vénus de Milo au cours d’un voyage en Méditerranée, Dumont d’Urville, après deux tours du monde, entreprend l’exploration des côtes de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la Nouvelle-Calédonie et des îles polynésiennes. C’est au cours de ce périple de près de trois ans qu’il reconnaît, dans l’île de Vanikoro, les restes de l’expédition de La Pérouse.
En 1837, il fait un nouveau voyage vers les terres australes et antarctiques, et, le 21 janvier 1840, L’Astrolabe, son navire, accoste un rivage inconnu.
Dumont d’Urville prend  possession de cette terre au nom de la France et la baptise « Adélie », en l’honneur de son épouse, Adèle. Deux ans après, il périt dans l’accident de chemin de fer de la ligne Paris-Versailles.

Dumont d’Urville découvre la terre Adélie

Jules Dumont d'Urville (1790-1842).
Jules Dumont d’Urville (1790-1842).

Jules Sébastien César Dumont d’Urville (1790-1842) n’en est pas à sa première exploration lorsqu’il s’embarque vers l’Antarctique.
Décoré de l’ordre de Saint-Louis par Charles X (1824-1830) après avoir fait la découverte de la Vénus de Milo au cours d’un voyage en Méditerranée, Dumont d’Urville, après deux tours du monde, entreprend l’exploration des côtes de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la Nouvelle-Calédonie et des îles polynésiennes. C’est au cours de ce périple de près de trois ans qu’il reconnaît, dans l’île de Vanikoro, les restes de l’expédition de La Pérouse.
En 1837, il fait un nouveau voyage vers les terres australes et antarctiques, et, le 21 janvier 1840, L’Astrolabe, son navire, accoste un rivage inconnu.
Dumont d’Urville prend  possession de cette terre au nom de la France et la baptise « Adélie », en l’honneur de son épouse, Adèle. Deux ans après, il périt dans l’accident de chemin de fer de la ligne Paris-Versailles.