Grégoire le Grand, serviteur des serviteurs de Dieu

Statue de saint Grégoire le Grand (v.570-604).
Statue de saint Grégoire le Grand (v.570-604).

Serviteur des serviteurs de Dieu, comme il se nomme lui-même, Grégoire Ier le Grand est avant tout le meilleur serviteur que l’Église ait eu au premier millénaire. Issu d’une famille sénatoriale, préfet de Rome, il quitte ses fonctions en 575 et transforme sa demeure en monastère bénédictin. Élu pape contre sa volonté, il va s’attacher toute sa vie à faire renaître l’autorité pontificale, totalement disparue depuis la mise sous tutelle de l’Église par l’empereur Justinien au début du VIe siècle. Dès le début de son pontificat, il va jouer le rôle d’un véritable chef d’État autant que de chef suprême de la chrétienté : il combat les Lombards qui envahissent l’Italie du Nord puis va lutter contre les hérésies arienne et donatiste en Afrique et en Espagne. Enfin, il envoie, en Grande-Bretagne, Augustin de Cantorbéry convertir les hordes barbares du Nord qui tentent d’envahir le pays.
Alors qu’il travaille à la réforme de l’administration pontificale et de la vie monastique par sa Règle pastorale, il s’oppose violemment au patriarche de Constantinople, accélérant ainsi le processus de séparation entre l’Église d’Orient et l’Église d’Occident.
À sa mort, le 12 mars 604, l’Église d’Occident, au faîte de la puissance, compte désormais comme une autorité aussi bien spirituelle que temporelle.