Gustave Courbet ou l’art réaliste

Le Hamac de Gustave Courbet (détail).
Le Hamac de Gustave Courbet (détail).

On peut trouver de nombreuses significations au mot "réaliste" : la désignation d’un style pictural mais également celle d’une façon de vivre son art. Et il semble bien que Gustave Courbet ait passé maître dans les deux matières.
Fils d’un riche propriétaire terrien, Gustave Courbet ne connaîtra jamais les affres des peintres maudits, la solitude, la faim, bref, tout ce qui fait la "légende" des grands peintres. Pas plus qu’il ne se présentera comme supérieur à ses prédécesseurs, à ses maîtres en peintures. De fait, c’est en copiant les anciens maîtres que Gustave Courbet assurera sa formation : Rembrandt, Hals, Velasquez : tels sont les noms des "professeurs" particuliers de l’artiste. Sans qu’il y trouve à redire ; sans qu’il se sente nécessairement en décalage avec ces maîtres reconnus. De fait, ceux sont eux qui le formeront et qui, au final, inspireront cet art particulier que l’on nommera "réalisme".
Devenu chef de cette nouvelle école après un Salon en 1850, Courbet va certes devenir la bête noire de quelques notables académiciens, mais sans que cela le touche outre mesure. De fait, le soutien de critiques tels que Champfleury ou Baudelaire, de mécènes comme le duc de Morny permettra à Courbet toutes les audaces, toutes les indifférences. Car il est toujours plus aisé de se placer au-dessus de tout mercantilisme lorsque l’on possède de la fortune, des soutiens, bref, lorsque l’on n’a pas besoin de vivre, tout simplement… Outre l’aspect artistique en lui-même -un aspect que l’on ne saurait nier-, c’est cela aussi le réalisme de Gustave Courbet.