Jean sans Terre, le roi des échecs !

Sceau de Jean sans Terre (1167-1216).
Sceau de Jean sans Terre (1167-1216).

Si les auteurs de romans tels que Robin des Bois ou Ivanhoé, de Walter Scott, ont fait beaucoup pour la popularité de Jean sans Terre, ils ont également assurer sa réputation de forfaiture et de traîtrise. Une réputation, il faut bien le reconnaître, parfaitement justifiée. Surnommé « sans Terre » parce que son père ne trouvait point à lui créer d’apanage, Jean n’aura terres, titres et couronne qu’en lieu et place de ses parents. Devenu comte de Cornouailles en 1189, il ne doit son titre qu’à son mariage avec Isabelle de Gloucester… qu’il s’empressera de répudier lors de son accession au trône. Quant à sa couronne, obtenu en 1199, il ne l’obtiendra qu’après l’assassinat de son neveu, Arthur de Bretagne. Adepte de toutes les bassesses –ils les avaient multipliées sous le règne de son frère, Richard Cœur de Lion-, de la traîtrise la plus vile, il se révèlera un politique désastreux et mettra plusieurs fois le royaume Plantagenêt en péril. L’enlèvement de sa seconde épouse, Isabelle d’Angoulême, illustre d’ailleurs parfaitement la chose. Fiancé à Hugues X de Lusignan, Isabelle était donc intouchable : peu importe pour le nouveau souverain d’Angleterre.
Peu importe également les remontrances de son suzerain pour ses possessions françaises, Philippe Auguste qui, il faut bien le dire, n’attendait que cela. De fait, la présence sur le trône anglais d’un être tel que Jean ne pouvait que servir les intérêts du Français qui ne s’en privera pas. Ayant refusé de se présenter devant le roi de France, Jean sans Terre verra ses biens français confisqués et, au final, son royaume amputé de la Normandie et de l’Anjou, berceaux de la dynastie Plantagenêt. Certes, le mariage de Jean et d’Isabelle portera ses fruits puisqu’ils auront cinq enfants. Mais les conséquences politiques se révélaient nettement moins heureuses. Et ses tentatives pour reconquérir ses terres se solderont, immanquablement, par un échec. Mauvais politique, mauvais capitaine, ils se révèlera également traître à ses hommes et à ses alliés, notamment lors de sa tentative de débarquement à La Rochelle, en 1214. Apprenant l’échec de son allié, l’empereur germanique, à Bouvines, il prendra la fuite face aux armées françaises menées par le fils de Philippe, Louis le Lion. On comprend que les barons anglais se soient finalement révoltés. On comprend également qu’ils aient offert la couronne anglaise à Louis de France. Et seule la mort accidentelle de Jean sans Terre, en 1216, mettra fin à cette aventure.
Au final, le bilan de Jean Ier d’Angleterre est lourd. En à peine 17 ans de règne, il aura perdu les principales possessions continentales des Plantagenêt et accepté la Magna Carta qui limitait les pouvoirs royaux (1214).