L’héritage bicéphale de Knut le Grand

L'arrivée des vikings en Europe occidentale (illustration du XIXe siècle).
L’arrivée des vikings en Europe occidentale (illustration du XIXe siècle).

Le doute n’est guère permis : Knut Ier le Grand prétendait réellement créer un royaume bicéphale, anglo-danois, une couronne à deux faces. Pour ce faire, il avait conclu un accord avec sa dernière épouse, la reine Emma : seuls les enfants nés de leur union pourraient hériter de la double couronne. Une convention qui excluait, de fait, le fils aîné de Knut, Haraldr. Une convention que ce dernier n’avait nullement l’intention de respecter : profitant de l’absence d’Harthaknut, qui s’était rendu au Danemark, Haraldr allait s’emparer du trône anglais en 1037. Il ne sera d’ailleurs pas le seul à tenter sa chance : au même moment, les fils exilés d’Ethelred et d’Emma -eux aussi demi-frères d’Harthaknut donc- débarquant soudain sur les côtes anglaises. Une tentative soldée par un échec cuisant, Edmond perdant la vie dans l’affaire et Edouard se voyant contraint de reprendre la route de l’exil normand. La mort soudaine d’Haraldr allait cependant mettre fin à cette scission, laissant à Harthaknut tout loisir de recueillir son héritage, de reconquérir sa couronne. L’Angleterre n’y gagnera guère au change : autant Knut Ier s’était révélé un souverain préoccupé de ses sujets, autant Harthaknut saura se faire haïr, accablant le peuple d’impôts, multipliant les actes cruels. Deux ans de ce régime suffiront amplement aux Anglais qui, à sa mort en 1042, se réjouiront du retour de la dynastie saxonne.