La déchéance de l’Empire

Charlemagne avait partagé ses États entre ses trois fils et c’est le hasard, en faisant mourir les deux aînés, qui sauve l’unité de l’Empire qui échoit, en 814, à Louis Ier le Pieux ou le Débonnaire.
Louis Ier n’aura pas cette chance et son règne sera toujours placé sous le signe de la discorde et de la rivalité.
Détrôné par son fils aîné, Lothaire, en 817, il est enfermé dans un monastère d’où il ne ressort que grâce à l’aide de ses fils cadets, Louis et Pépin, qui le replacent sur le trône en 834.
La guerre familiale déchire l’Empire et ne fait que commencer. Lorsque Louis Ier tente de modifier le partage de l’Empire en faveur de son dernier-né, Charles le Chauve, les trois aînés se révoltent et s’associent avec le Pape qui décide la déchéance de l’empereur.
Mais, rétabli à nouveau sur le trône, Louis Ier le Débonnaire, qui meurt le 20 juin 840, voit ses derniers instants assombris par la fin inévitable et, cependant, définitive de l’Empire de Charlemagne.