La Nouvelle-Guinée, objet de toutes les convoitises

Un Papou de Nouvelle-Guinée.
Un Papou de Nouvelle-Guinée.

C’est parce qu’il avait été frappé par la ressemblance entre les habitants de l’île que l’Espagnol Ortiz de Retez baptisa la Nouvelle-Guinée de ce nom là. Une vingtaine d’années auparavant, en 1526, c’est un Portugais qui avait découvert cette île située au nord de l’Australie. Une île dont l’insularité restera ignorée de l’Europe jusqu’en 1762 alors que Torres l’avait prouvé en franchissant le détroit qui porte maintenant son nom en 1606. C’est à James Cook que reviendra l’honneur de confirmer l’exactitude du détroit de Torres. Mais si les côtes avaient été parcourus, l’intérieur de l’île demeurera longtemps ignoré. Elle ne commencera à être exploré qu’en 1860 et fera rapidement l’objet de toutes les convoitises.
Peuplée de Papous, de Mélanésiens et de Négritos, peuples demeurés fort primitifs, la Nouvelle-Guinée va faire l’objet, au XVIIe-XVIIIe siècle de l’intérêt des sultans malais des Moluques qui établiront leur suzeraineté sur la partie septentrionale de l’île. La Compagnie néerlandaise des Indes orientales était également sur les rangs et, en 1828, la Hollande revendiquait la partie occidentale de l’île. En 1883, la colonie australienne du Queensland réclama l’annexion du sud-est de l’île -la Papouasie- et Londres hésitait à se lancer dans l’aventure quand la Compagnie allemande de Nouvelle-Guinée vint s’établir sur la côte nord-est. En 1885, un traité officialisait la séparation de l’île en Kaiser Wilhelmsland et en Territoire de Papua.
Une séparation qui ne durera guère : en 1914, profitant du conflit mondial, les Australiens devaient occuper le Kaiser Wilhelmsland. Une tutelle australienne qui allait s’étendre sur la Nouvelle-Guinée orientale, la Nouvelle-Guinée occidentale, dernier vestige de l’empire colonial hollandais faisant l’objet, à partir de 1960, de vives tensions entre les Pays-Bas et l’Indonésie. L’ONU sera une fois de plus l’arbitre : en 1963, l’administration de la Nouvelle-Guinée occidentale se verra dévolue à l’Indonésie.