La résurrection de Babylone

Et si les origines de la civilisation humaine ne se situaient pas sur les bords du Nil mais plutôt dans cet espace de terre privilégié appelé Mésopotamie, situé entre deux fleuves, le Tigre et l’Euphrate ? Sans entrer dans une querelle qui, depuis plus d’un siècle, oppose historiens et archéologues, on sait, néanmoins, que la Mésopotamie fut, il y a cinq mille ans, le berceau d’une civilisation prodigieuse, à laquelle l’humanité doit une large part de son patrimoine : la foi, l’écriture, les sciences, la littérature… Bref, les bases essentielles de notre culture.
Dans un ouvrage, certes austère, mais d’une grande rigueur historique et scientifique, Harry W. F. Saggs, professeur à l’université de Cardiff et l’un des meilleurs spécialistes de la Mésopotamie, raconte la grande aventure archéologique qui permettra d’arracher à l’oubli cette brillante civilisation.
Depuis cent cinquante ans, les chercheurs, venus d’Europe et d’ailleurs, ont mis au jour les monuments et les œuvres d’art, déchiffré les tablettes cunéiformes et fini par reconstituer, patiemment, au fil des décennies, la ville fabuleuse de Babylone et l’histoire d’un des empires les plus prestigieux que le monde ait jamais connu. Doté d’une carte claire et parlante, d’une table chronologique qui couvre quatre millénaires, de références bibliques et d’un index extrêmement utile pour les chercheurs comme pour les profanes, Au temps de Babylone est, jusqu’à ce jour, la somme la plus complète sur cette civilisation miraculeusement retrouvée. Un ouvrage passionnant pour tous ceux -et ils sont nombreux- qui s’intéressent à l’histoire des civilisations disparues.

La résurrection de Babylone

Et si les origines de la civilisation humaine ne se situaient pas sur les bords du Nil mais plutôt dans cet espace de terre privilégié appelé Mésopotamie, situé entre deux fleuves, le Tigre et l’Euphrate ? Sans entrer dans une querelle qui, depuis plus d’un siècle, oppose historiens et archéologues, on sait, néanmoins, que la Mésopotamie fut, il y a cinq mille ans, le berceau d’une civilisation prodigieuse, à laquelle l’humanité doit une large part de son patrimoine : la foi, l’écriture, les sciences, la littérature… Bref, les bases essentielles de notre culture.
Dans un ouvrage, certes austère, mais d’une grande rigueur historique et scientifique, Harry W. F. Saggs, professeur à l’université de Cardiff et l’un des meilleurs spécialistes de la Mésopotamie, raconte la grande aventure archéologique qui permettra d’arracher à l’oubli cette brillante civilisation.
Depuis cent cinquante ans, les chercheurs, venus d’Europe et d’ailleurs, ont mis au jour les monuments et les œuvres d’art, déchiffré les tablettes cunéiformes et fini par reconstituer, patiemment, au fil des décennies, la ville fabuleuse de Babylone et l’histoire d’un des empires les plus prestigieux que le monde ait jamais connu. Doté d’une carte claire et parlante, d’une table chronologique qui couvre quatre millénaires, de références bibliques et d’un index extrêmement utile pour les chercheurs comme pour les profanes, Au temps de Babylone est, jusqu’à ce jour, la somme la plus complète sur cette civilisation miraculeusement retrouvée. Un ouvrage passionnant pour tous ceux -et ils sont nombreux- qui s’intéressent à l’histoire des civilisations disparues.