La triste fin de Berthier

Ce 1er juin 1815, le maréchal Berthier tombait d’un balcon de Bamberg : maladresse, assassinat ou encore suicide ?
Fils d’un ingénieur géographe de l’armée, Louis Alexandre Berthier était né pour être soldat. À dix-sept ans, il devient officier, prend part à la guerre d’Indépendance américaine et obtient le grade de major général de la garde de Versailles. Il protègera la famille royale pendant les journées d’octobre 1789 puis, enrôlé dans l’armée d’Italie, s’attachera à Bonaparte. Dès lors, ses pas suivront avec fidélité ceux du Corse : il s’embarque pour l’Égypte et participe au 18 Brumaire.
Berthier ne s’était pas trompé en donnant son âme à Bonaparte : il devient ministre de la Guerre en 1800, est promu maréchal en 1804 puis major général de la Grande Armée en 1805. Marié à Élisabeth de Bavière, il obtient le titre de prince de Neuchâtel et de Wagram.
Docile, ponctuel, bon soldat, il était très apprécié de l’empereur. Pourtant, en 1814, Berthier s’empressera de trahir son chef pour se rallier aux Bourbons. C’est d’ailleurs durant les Cent-Jours, alors qu’il s’enfuyait avec la cour de Louis XVIII, qu’il meurt.

La triste fin de Berthier

Ce 1er juin 1815, le maréchal Berthier tombait d’un balcon de Bamberg : maladresse, assassinat ou encore suicide ?
Fils d’un ingénieur géographe de l’armée, Louis Alexandre Berthier était né pour être soldat. À dix-sept ans, il devient officier, prend part à la guerre d’Indépendance américaine et obtient le grade de major général de la garde de Versailles. Il protègera la famille royale pendant les journées d’octobre 1789 puis, enrôlé dans l’armée d’Italie, s’attachera à Bonaparte. Dès lors, ses pas suivront avec fidélité ceux du Corse : il s’embarque pour l’Égypte et participe au 18 Brumaire.
Berthier ne s’était pas trompé en donnant son âme à Bonaparte : il devient ministre de la Guerre en 1800, est promu maréchal en 1804 puis major général de la Grande Armée en 1805. Marié à Élisabeth de Bavière, il obtient le titre de prince de Neuchâtel et de Wagram.
Docile, ponctuel, bon soldat, il était très apprécié de l’empereur. Pourtant, en 1814, Berthier s’empressera de trahir son chef pour se rallier aux Bourbons. C’est d’ailleurs durant les Cent-Jours, alors qu’il s’enfuyait avec la cour de Louis XVIII, qu’il meurt.