L’amour des arts et de la connaissance au haut Moyen Age

Au temps des Mérovingiens et des Carolingiens, c’est généralement par les femmes que se transmettait la connaissance, le savoir. Et les femmes de l’aristocratie étaient parfois fort cultivées. Un des meilleurs exemples apparaît en la personne de Dhuoda, épouse du duc Bernard de Septimanie, comte de Barcelone.
Dhuoda, qui vit au IXe siècle, a elle-même composé un manuel d’éducation, le Libellus manualis, destiné à son fils de quinze ans qui vivait à la cour d’Aix-la-Chapelle.
Dans un style très personnel, inspiré de ses lectures, Dhuoda indique à son fils les devoirs d’un aristocrate et d’un chrétien, agrémente ses recommandations de poèmes de son cru et révèle même une grande connaissance des théologiens, tels que saint Augustin, saint Grégoire ou même saint Ambroise, son contemporain.
Si Dhuoda est l’auteur du premier manuel d’éducation connu, d’autres étaient artistes, comme une certaine Endé, « printrix et Dei adjutrix », c’est-à-dire peintre et religieuse, qui illustra, en collaboration avec le moine Emeterius, les Commentaires de l’Apocalypse de Beatus de Liébana. Plus ancienne peintre connue -elle exécute l’illustration des Commentaires de l’Apocalypse vers 975-, elle est également la seule, ce qui ne signifie nullement qu’elle ait été un cas particulier : en effet, l’histoire n’a également retenu que fort peu de noms de peintres masculins.