Le guet-apens de Montereau

Jean sans Peur, duc de Bourgogne (1371-1419).
Jean sans Peur, duc de Bourgogne (1371-1419).

Sans scrupule, avide de pouvoir, rusé mais aussi mécène et homme de culture, Jean sans Peur n’a laissé dans l’histoire que l’image d’un traître et d’un assassin. Succédant à son père, Philippe le Hardi, il hérite, en 1404, de l’immense domaine bourguignon qui comprend, outre la Bourgogne, le Charolais, les Flandres, l’Artois et le Vermandois.
À cette époque, le trône de France est occupé par le malheureux roi fou, Charles VI, et la lutte pour le pouvoir se joue entre le duc de Bourgogne, cousin du roi, et Louis d’Orléans, son frère. En 1408, prenant pour excuse la sauvegarde du pays, Jean sans Peur ordonne la mort du duc d’Orléans, coupable, selon la rumeur, de la folie de son royal frère… L’excuse n’est biensûr qu’une et c’est de politique plus que d’empoisonnement qu’il s’agit. Mais peu importe.
La lutte entre le parti Armagnac, c’est-à-dire les Orléans et le dauphin, et les Bourguignons tourne alors à la guerre civile. Allié d’Henri d’Angleterre, qui l’a aidé à reprendre Paris en 1417, Jean sans Peur ne dédaigne pourtant pas les avances que lui fait le dauphin, futur Charles VII et accepte de le rencontrer. L’entrevue a lieu le 10 mai 1419, à Montereau, mais, alors que le duc de Bourgogne passe sur le pont, Tanguy du Châtel le tue d’un terrible coup de hâche. Louis d’Orléans est vengé…