Le taurobole : dans le sang du taureau

Thésée recevant l'anneau de Minos (d'après une poterie antique).
Thésée recevant l’anneau de Minos (d’après une poterie antique).

Présent dans de nombreux cultes orientaux ou même dans la mythologie grecque, le taureau était sensé représenté les forces du mal. Une vision que l’on retrouve dans la vision du Minotaure, qui vit enfermé dans le labyrinthe imaginé par Dédale, qui ne se nourrit que de la chair d’enfants ou d’adolescents et qui sera finalement vaincu par Thésée. La figure est connue mais elle prend un tout autre sens lorsque l’on s’attache au Minotaure plus qu’au héros grec qui l’a vaincu. Thésée apparaît alors comme celui qui vient à bout des forces du mal, de la même façon que Mithra, divinité perse du IIe siècle avant J.-C. -vraisemblablement- soumet un même taureau armé d’un couteau, d’une torche -qui représente peut-être la lumière venue sur le monde- et coiffé d’un bonnet phrygien.
La religion qui naîtra de la mythologie perse et qui connaîtra un succès certain à Rome et dans tout l’Empire au IIIe siècle de notre ère avait pour particularité rituelle de faire se plonger l’adepte -d’autres auteurs évoquent une simple aspersion- dans le sang d’un taureau.
C’était là le moyen d’acquérir le statu d’initié et d’entrer dans la grande famille des adeptes de Mithra qui préconise la fraternité entre ses membres -sans distinction sociale- et promet le salut. Un ensemble de chose qui n’est pas sans rappeler le baptême des chrétiens. Un baptême qui, justement, lave des péchés mais qui soumet le mal, rejette le diable, de la même façon que le taurobole représente la victoire de l’initié sur le mal. Tant de points communs, tant de conjonctures ont d’ailleurs laissé clairement supposer que la théologie chrétienne du baptême s’était largement inspirée de ce rite d’initiation antique.