Les Etrusques, de véritables historiens

Fresque historique étrusque.
Fresque historique étrusque.

On a souvent fait du peuple étrusque le spécialiste de la divination et de l’Etrurie la « mère et origine de toutes les superstitions », comme l’écrit Macrobe (IVe siècle après J.-C.). Les haruspices en tout genre, la divination la littérature sacrée elle-même accrédite cette idée. Pourtant, le désir de connaître l’avenir n’était pas la seule motivation des Etrusques. Il ne cadre d’ailleurs guère avec la conviction qu’ils avaient que l’histoire est un éternel recommencement. « Ce qui se produit s’est déjà produit et se reproduira », note Jean-René Jannot. On comprend dès lors la nécessité de connaître le passé, l’histoire, même véhiculée par des mythes. Une nécessité qui est la propre de l’histoire, sa raison d’être en tant que science humaine et non une quelconque volonté de compiler faits et actes de bravoure. La connaissance du passé, par définition, doit permettre à l’homme d’éclairer son avenir. Et en ce sens, les Etrusques apparaissent comme le premier peuple d’historiens véritables.