Les « sauvageons » en prison !

Vue de la Bastille (gravure ancienne).
Vue de la Bastille (gravure ancienne).

Le 26 novembre 1639, une déclaration royale renforçait le « droit de correction » des parents, permettant à ces derniers d’envoyer leurs rejetons rebelles, récalcitrants ou débauchés en prison. Nul besoin, pour ce faire, de jugement : une simple lettre de cachet faisait l’affaire !
Voilà qui paraît bien excessif concernant des enfants… sauf que le terme « d’enfants » avait un tout autre sens au XVIIe siècle. Il désignait simplement toute personne mineure, la majorité n’étant alors acquise qu’à 25 ans ! Voilà de quoi donner une perspective nouvelle à cette ordonnance. Quant à l’inconduite des « enfants », elle concernait essentiellement ceux de la noblesse et de la grande bourgeoisie, de jeunes gens souvent inactif avant leur intégration dans un corps d’armée, avant une succession et qui, de fait, se lançaient volontiers dans des « aventures » peu avantageuses pour leur famille. C’est d’ailleurs ainsi que le célèbre marquis de Mirabeau, joueur invétéré, séducteur impénitent –généralement de femmes mariées- tâtera de la geôle ; pour éviter lui aussi cette infortune que le jeune La Fayette se rendra aux Amériques où il deviendra le héros que l’on sait. Quant à la Bastille, chacun sait que sa population, au jour de la prise de la prison en 1789, était essentiellement composée de jeunes nobliaux enfermés là par leurs parents. Un sort peu enviable, sans doute, mais bien peu traumatisant quand on sait les facilités auxquelles ils avaient droit lors de leur enfermement…