Louis XIV interdit les duels

François de Montmorency-Bouteville (1600-1627).
François de Montmorency-Bouteville (1600-1627).

Le duel est le pire fléau qui décime la fleur de la noblesse française, se lamente un conseiller de Richelieu.
Sous les prétextes les plus futiles, les jeunes de la noblesse se provoquent, se blessent ou se tuent. Selon le journal de l’Étoile, trois mille neuf cent quatre-vingt jeunes gentilshommes ont trouvé la mort au cours de ces duels en un peu moins de trente ans, de 1589 à 1607. Pourtant, de nombreux édits royaux ont formellement interdit cette pratique sanguinaire. Décidé à mettre fin à cette hécatombe, le cardinal de Richelieu prend, en 1626, des mesures sévères contre les duels.
Mais, peu de temps après sa mort, les jeunes nobles, férus d’un « code d’honneur » déjà désuet, reprennent les duels, en dépit de la condamnation à mort et la décapitation de deux duellistes, sur ordre du roi Louis XIII : le comte de Montmorency et le comte des Chapelles.
Comme tous ses prédécesseurs, le Roi-Soleil réprouve, lui aussi, cette coutume : par son édit du 23 juillet 1679, il interdit les duels. Après une longue accalmie, le « fléau » réapparaît au XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle. On sait que Léon Gambetta et Georges Clemenceau furent de redoutables duellistes… Cette coutume ne prendra réellement fin que dans les années trente, peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale.