Marie Stuart, la reine tragique

Marie Stuart entourée de ses fidèles la veille de sa mort (gravure du XIXe siècle).
Marie Stuart entourée de ses fidèles la veille de sa mort (gravure du XIXe siècle).

L’histoire est parfois si inutilement cruelle qu’on en arriverait à croire que les dieux aiment à se jouer du malheur des hommes. Et leur satisfaction due atteindre son comble lors de la vie, tragique, de Marie Stuart.
Fille de Jacques V d’Ecosse et de Marie de Guise-Lorraine, Marie naquit moins d’une semaine après la mort de son père. Fiancée au dauphin de France, le futur François II, elle sera élevée à la cour française. Ce seront sans doute ses plus belles années… Mariée en 1558, reine de France en 1559, elle devient veuve après seulement dix-huit mois de règne. C’est avec déchirement qu’elle quittera la France pour regagner son Ecosse natale. C’est là que ses malheurs vont commencer. Déchirée entre les catholiques et les protestants de son pays, elle épouse un de ses cousins, lord Darnley, descendant comme elle des stewart –d’où le nom de Stuart- d’Ecosse, c’est-à-dire des sénéchaux d’Henri Ier d’Angleterre. La lignée paraissait bonne mais Darnley était un être médiocre, n’ayant pour lui que son allure. Après la naissance de leur fils, Jacques, Darnley n’aura de cesse de s’emparer du pouvoir et Marie finira par l’éliminer. Une révolte de la noblesse protestante allait s’en suivre et Marie, emprisonnée, finira par abdiquer en faveur de son fils, devenu roi sous le nom de Jacques VI. Il avait à peine un an.
Les épreuves de l’ancienne reine d’Ecosse n’allaient pas cesser pour autant, bien au contraire, dès l’instant où elle vint se placer sous la protection de sa cousine –Marie était la petite-fille d’Henri VII d’Angleterre-, Elisabeth Ire. Sans enfant, la Reine vierge ne vivait que dans la crainte de voir son trône échoir à un souverain catholique. Or, Marie avait de légitimes prétentions sur ce trône, bien qu’elle ne l’ait jamais revendiquée. Durant dix-huit ans, Marie Stuart ira de prison en prison pour finalement être exécuté en 1587. Toujours, elle avait refusé de renier sa foi catholique.
Mais l’histoire ne s’arrête pas là et révèle toute sa perversité. Car c’est en vain que Marie Stuart, une des princesses les plus cultivées de son temps, aura passé tant d’années en prison ; qu’elle aura finalement été exécuté. Et lorsqu’Elisabeth Ire meurt en 1603, c’est le fils de Marie Stuart, Jacques VI d’Ecosse, qui monte sur le trône anglais. Le cauchemar de la Reine vierge était devenu réalité.