Mo-Tseu, plus loin que Confucius

Moulin ou roue de prières chinois.
Moulin ou roue de prières chinois.

Si tout le monde connaît Confucius -au moins de nom-, Mo-Tseu, dont le nom latinisé est Micius, est, pour beaucoup, un parfait inconnu. A tort.
Originaire de la même région que Confucius, la principauté de Lou, Mo-Tseu était un philosophe de la cour des Song, au Ve siècle avant J.-C.. Il vivra d’ailleurs dans le Honan une grande partie de sa vie. Les Song appréciaient particulièrement ses multiples talents qu’ils soient diplomatiques -il évitera une guerre avec les princes de Tchou- ou architecturaux -notamment dans l’art des fortifications.
Mais Mo-Tseu était avant tout un ascète qui vivait dans la frugalité. Son mode de vie mais surtout sa philosophie attireront à lui de nombreux disciples qui vivaient quasiment à l’état de moines. La pensée du philosophe ne nous ait parvenu que partiellement, à travers un fragment de son recueil connu sous le nom du "Mo-Tseu". Là, Mo-Tseu s’oppose formellement au confucianisme, dont il critique les lacunes théologiques et métaphysiques, le fatalisme moral et la politique aristocratique. De sa pensée se dégage le concept d’un dieu omnipotent, soleil intérieur et extérieur de l’univers, qui voit tout, pénètre tout, sait tout ; un dieu moral et provident. L’humanité, quant à elle, est toute de faiblesse mais ces faiblesses ne doivent pas faire oublier la loi essentielle de l’univers : l’amour de tout et de tous surtout, sans barrière de caste, de clan, de race. De fait, Mo-Tseu est là bien loin de la philosophie de Confucius qui, s’il est confiant -trop sans doute- dans les capacités propres à la nature humaine, base l’intérêt des autres au cercle restreint de la famille et des castes propres à la hiérarchie féodale du temps.
L’opposition entre les deux penseurs étaient telle que les disciples de Mo-Tseu, nombreux au IVe-IIIe siècles, subiront les persécutions des confucianistes qui feront disparaître sa doctrine… jusqu’à sa redécouverte au XVIIIe siècle.