Obama ou la couleur de la peau…

Barack Obama, candidat démocrate à la présidentielle américaine.
Barack Obama, candidat démocrate à la présidentielle américaine.

Non, l’élection américaine ne se jouera pas sur le critère de la race ! Obama est noir ? Et alors ! C’est en tous cas ce que l’on ne cesse de nous asséner depuis des semaines, des mois. Pourtant, rien n’est plus faux. C’est même tout le contraire. Obama ne sera pas le candidat de certains Américains, non parce qu’il est démocrate, non parce qu’il n’a jamais eu de postes « à responsabilité » internationales. Obama ne sera pas le candidat de ces Américains-là parce qu’il est noir. Et qu’ils n’imaginent pas la patrie de Washington et de Lincoln gouvernée par un Noir. Mentalité raciste ? Mentalité raciale plutôt… Exactement la même mentalité, le même critère qui inspirera nombre de ceux qui voteront Obama.
L’évident engouement qui s’est emparé des médias, américains comme européens, des hommes politiques –notamment français-, des « élites » du monde occidental a tout à voir avec la couleur de peau de monsieur Obama. C’est parce qu’il est Noir qu’ils le soutiennent ; parce qu’il est Noir qu’ils en ont fait « leur candidat » et cela avant même que le sénateur de l’Illinois ait gagné les primaires.
Les députés français qui, interrogés par les médias français, se sont majoritairement prononcés en faveur de monsieur Obama ne connaissaient rien de son programme, ne faisaient guère de différence avec Hillary Clinton… sauf pour la couleur de sa peau. De la même façon, le ralliement du républicain Powell au candidat démocrate, après celui de toutes les élites noires de ce pays, apparaît comme un signe, un symbole fort : celui d’une Amérique noire unie pour élire son président noir. Quelle image pour le monde ! Quelle revanche pour les Noirs américains ! Quel dommage pour monsieur Obama ! De fait, s’il est élu, Obama sera toujours taxé de n’avoir remporté cette élection que par son image, par un effet de discrimination positive ou encore par remord d’une certaine Amérique. Et c’est bien dommage car cet homme, certainement, possède de grands talents… qui s’effacent, qui disparaissent à cause de la couleur de sa peau. Une couleur de peau qui, le 4 novembre prochain, qu’on le veuille ou non, sera ce qui comptera le plus dans cette élection, que ce soit dans un sens ou dans un autre…