Ostie : « Rome-sur-Mer »

Carte représentant Ostie et ses environs (XVIe siècle).
Carte représentant Ostie et ses environs (XVIe siècle).

La légende veut que ce soit Ancus Martius (640-616 avant J.-C.), petit-fils de Numa Pompilius, souverain d’origine sabine de Rome, le second sur la liste des rois légendaires, qui eut l’idée de fonder le port d’Ostie. Situé à l’embouchure du Tibre, il devait doter Rome d’une nécessaire ouverture vers la mer. Ostie, qui est aussi la plus ancienne colonie romaine connue, devait d’abord servir exclusivement de port militaire mais, rapidement, la notion commerciale allait prédominer. Ruinée par Marius, Ostie devait être relevée par Sylla mais les ingénieurs romains allaient avoir toutes les peines du monde à lutter contre l’ensablement. Les empereurs Claude et Trajan feront construire deux autres ports au nord de l’embouchure du Tibre.

A son apogée, aux Ier et IIe siècles après J.-C., Ostie comptait pas moins de 80 000 habitants et faisait office de principal entrepôt de l’Italie. D’Ostie à l’Afrique du Nord, il fallait seulement deux jours de navigation ; trois jours pour atteindre Marseille ou Fréjus ; quatre pour atteindre l’Espagne, à Tarragone, dix jours pour Cadix ; quant aux côtes d’Orient, il ne fallait guère que dix jours, si le vent était favorable, pour toucher le port d’Alexandrie, dix-huit en cas de vent faible.

Le sort d’Ostie devait aller de pair avec la ruine du commerce méditerranéen, ruine due aux invasions barbares. Mais c’est la malaria qui aura raison de la cité, laquelle ne sera sortie de terre que grâce aux efforts des archéologues mandatés par Mussolini.