Pergame : des Grecs à Rome

Récolte des fleurs et des grains par les Grecs (d'après une fresque antique).
Récolte des fleurs et des grains par les Grecs (d’après une fresque antique).

La tradition veut que ce soient les Grecs d’Arcadie qui aient fondé Pergame. En 481 avant J.-C., elle est donnée par le roi des Perses au Spartiate Démarate mais ce n’est qu’un siècle plus tard qu’elle devait acquérir quelque importance. Lysimaque, un des généraux d’Alexandre ayant décidé d’y entreposer ses trésors devait se voir spolier de ses biens par l’eunuque Philétère qui, en 283 avant J.-C., fonda l’Etat pergamien. Ses successeurs allaient étendre leur Etat mais, inquiétés par les désirs de conquêtes de Philippe de Macédoine, ils décideront de s’allier avec Rome. Une décision qui allait engager Pergame pour longtemps. Alliés des Romains dans la guerre contre Antiochos III, Pergame reçut, en 188 avant J.-C. au traité d’Apamée, une grande partie de l’Asie mineure. Mais l’Etat de Pergame demeuré essentiellement continental avec, pour seul port important, Attalia.
Malgré cette alliance douteuse aux yeux des Grecs, Pergame allait tout faire pour devenir le champion de l’hellénisme en Asie mineure. Avec succès, comme le prouve les monuments qui orneront la cité : un temple d’Athéna, une agora et un temple de Zeus doté de frises relatant les exploits d’Héraklès -Hercule-, fondateur légendaire de la dynastie. Sa bibliothèque, qui tentait de rivaliser avec celle d’Alexandrie, était la deuxième plus importante du monde hellénistique avec quelque 400 000 volumes. Des volumes essentiellement fait de parchemin, afin de ne pas dépendre du papyrus égyptien qui abondait à Alexandrie.
L’économie pergamienne était en grande partie étatisée : les industries telles que les parchemin, le textile ou les parfums étaient des monopoles royaux. Les villes étaient soumises à de fortes contributions et seule la capitale conservait son autonomie, le rooi n’y étant, théoriquement, qu’un simple citoyen.
Légué par son dernier souverain, Attale III, à Rome, Pergame devint, en 129 avant J.-C., la capitale de la province romaine d’Asie. Elle devait, dès lors, rapidement déclinée.