Persée, le tueur de monstres

Persée égorgeant Méduse (bas-relief antique).
Persée égorgeant Méduse (bas-relief antique).

Une prophétie avait un jour annoncé au roi d’Argos, Acrisios, que son petit-fils le tuerait. Sachant cela, Acrisios n’eut rien de plus pressé que d’enfermer sa fille, la belle Danaé, dans une tour d’airain, où personne ne pouvait l’approcher.
C’était compter sans l’extraordinaire sens de l’humour des dieux : à peine Acrisios eut-il enfermé Danaé que Zeus commença à s’intéresser à la jeune fille et, ayant pris l’apparence d’une pluie d’or, la séduisit. C’est ainsi que fut conçu Persée.
Lorsqu’Acrisios apprit la grossesse de sa fille, il jeta la mère et l’enfant dans une caisse et les précipita dans la mer, dans l’espoir qu’ils périssent. Mais Zeus, amant et père attentionné, les fit aborder sur une île des Cyclades, à Sériphos, où ils furent recueillis par des pêcheurs puis par le roi, Polydecte. Les années passèrent et Polydecte tomba amoureux de Danaé. Persée était maintenant un jeune homme et le vieux roi craignait qu’il ne s’interpose entre lui et sa mère, aussi décida-t-il de soumettre Persée à une épreuve à laquelle, du moins l’espérait-il, il ne survivrait pas : il demanda à Persée de lui ramener la tête de la terrible Méduse !
Divinité chtonienne dotée d’une chevelure reptilienne, Méduse était la seule des Gorgones à être mortelle. Comme ses sœurs, cependant, son regard était si terrible qu’il pétrifiait qui le croisait.
Même pour le fils de Zeus, l’affaire s’annonçait difficile. Heureusement, Persée n’était pas seul : guidé par Hermès et Athéna, le jeune héros alla d’abord trouver les Grées, sœurs des Gorgones, et leur prit leur unique œil. Après un chantage, assez peu digne d’un demi-dieu, il obtint ainsi les indications qui le conduiraient auprès des nymphes, gardiennes des sandales ailées et du casque d’Hadès qui rendait invisible. À ces présents inestimables, Hermès ajouta une faucille et Athéna un miroir ou, selon certaines rumeurs, un bouclier. Persée était fin prêt pour affronter la terrible Gorgone…
Le jeune héros enfila les sandales ailées et vola jusqu’au repère des Gorgones, sur les rivages de l’Océan. Prenant bien soin, comme le lui avait conseillé Athéna, de ne regarder Méduse que dans le reflet du bouclier -ou du miroir-, il lui trancha la tête, la mit dans un sac et, se coiffant du casque, s’enfuit aussi vite qu’il était venu.

Persée s'emparant de la tête de Méduse (d'après une poterie antique).
Persée s’emparant de la tête de Méduse (d’après une poterie antique).

A travers le personnage de Méduse, c’est bien la mort que Persée avait vaincu. Et à travers cette mort, celle du monde archaïque, ce que la présence active d’Athéna et d’Hermès, deux Olympiens, ne fait que confirmer. Si les exploits et les épreuves de Persée ne s’arrêtent pas là –il sauvera notamment Andromède des griffes d’un monstre marin, c’est dans ce premier combat qu’il aura acquis son statu de héros, trouvant une place, après sa mort, parmi les constellations. Or, les héros grecs sont quasiment tous des demi-dieux ; nombre d’entre eux se verront également portés sur les autels, tels des dieux. Une ultime dévotion qui confirme la mort du monde archaïque, la mort des dieux chtoniens.