Petite histoire de la Bavière

Signature de Charlemagne.
Signature de Charlemagne.

Primitivement, la Bavière était occupée par des Celtes avant d’être conquise, en 15 avant J.-C., par les Romains qui devaient occuper les provinces de Rhétie et de Norique. Au Ve siècle après J.-C., poussés par le phénomène des grandes invasions, des peuples celtes et germaniques venus de Bohême s’établirent dans la région et fondèrent, à partir du VIe siècle, la nation des Baiovarii. Si les Francs parvinrent à établir leur domination vers 630, la dynastie des Agilofinges – du nom d’un ancêtre légendaire, Agiluf, qui aurait fondé l’indépendance de la Bavière au début du Ve siècle contre les Ostrogoths- devait perdurer jusqu’au VIIIe siècle. A ce moment-là, le roi de Bavière était Tassilon III, que Charlemagne devait faire enfermer dans un monastère afin de s’emparer de la Bavière qui fut ainsi rattachée au royaume carolingien. Déjà évangélisée par saint Boniface, la Bavière devait être érigée en royaume par Louis le Pieux qui allait la donner à son fils Lothaire, qui lui-même devait la céder au bien nommé Louis le Germanique en 817.
Après l’extinction des Carolingiens allemands, la Bavière devait retourner au statu de duché (912), qui allait successivement échoir à la maison de Saxe, à celle de Franconie puis aux Guelfes. Une différence de statu qui ne devait nullement empêcher la Bavière de connaître, à cette même époque mais pour peu de temps, son extension la plus grande.
En effet, le duché comprenait alors la Bavière elle-même, la margraviat de Vérone, l’Istrie, la Carniole, la Carinthie et la marche de l’Est (l’Autriche). Revenue à un territoire plus modeste, la Bavière allait alors échoir à la famille de Wittelsbach qui occuperont son trône jusqu’en 1918 !
C’est au XIVe siècle, sous le règne de Louis de Bavière, que le pays devait connaître son apogée. Au Palatinat rhénan, qui avait été donné par l’empereur Frédéric II, devait s’ajouter le Brandebourg, le Tyrol, la Hollande, la Zélande, le Hainaut. Un véritable petit empire que les fils de Louis devaient rapidement détruire en se partageant toutes ces provinces où ils établirent différentes branches de la généalogie bavaroise et ce n’est qu’en 1503 qu’Albert II réunit à nouveau toute la Bavière propre.