Portugal : naissance d’un nouvel empire maritime

Petit par la taille et grand par l’ambition : telle pourrait être la devise qui résume le mieux l’histoire du Portugal. C’est en effet ce petit pays, peuplé d’à peine un million d’habitants, qui va inaugurer, le premier et bien avant la très puissante Espagne, sa voisine et sa rivale, une ère nouvelle dans l’histoire de l’Europe et du monde. Un formidable défi accompli grâce à Henri le Navigateur et à quelques autres souverains portugais comme Alfonse V ou Joao II.
Avec dom Joao Ier, une nouvelle ère s’ouvre dans l’histoire du Portugal qui va se lancer dans de vastes entreprises outre-mer de manière systématique. Le tout premier aspect que prend l’expansion maritime portugaise est celui d’une croisade. En 1415, en effet, dom Joao Ier décide de prendre la place de Ceuta (au nord du Maroc), pour des raisons complexes où il est bien difficile de distinguer les motifs religieux, politiques ou encore économiques.
Au cours de cette expédition, les Portugais reçoivent des marchands arabes et juifs qu’ils rencontrent des renseignements précieux sur les routes et les pays dont, bientôt, ils voudront se rendre maîtres. Pourtant, cette politique marocaine se solde par un échec : le désastre de Tanger en 1437. Suite à cette défaite, Fernando, « l’infant martyr » restera prisonnier des Maures jusqu’à sa mort à Fès, en 1448.
Le prince Henrique, frère de l’infant Fernando, est à la tête des entreprises maritimes portugaises et donne l’impulsion aux voyages en direction du sud, le long de la côte atlantique de l’Afrique. Madère est découverte dès 1418, les Açores de 1427 en 1450, les îles du Cap-Vert en 1457.
En 1433, les bateaux de la flotte qu’il a fait lui-même construire pénètrent dans le golfe d’Arguim. Poursuivant leur avance vers le sud, ils parviennent à la hauteur du Sénégal et atteignent la Guinée. En 1460, ils arrivent à la Sierra Leone. À la mort d’Henrique, plus connu sous le nom « d’Henrique le Navigateur », les caravelles portugaises approchent de l’équateur et longent la côte du Liberia actuel.
À partir de 1460, l’exploration et le commerce sur les côtes de Guinée sont confiés à Fernao Gomes, qui a pour mission de découvrir chaque année près de cent lieues de littoral ! Grâce à l’expérience accumulée ainsi qu’aux progrès réalisés par les Portugais dans l’art de la navigation, Fernao Gomes avance progressivement vers le sud et développe efficacement le commerce dans la région de la Guinée.
Devenu roi en 1438, dom Alfonso V, désireux aussi de venger la défaite et le martyre de son frère, intensifie la politique nord-africaine. Il reprend la politique de conquête au Maroc et, en 1471, il s’empare d’Argila, de Tanger et de Larache. C’est à la suite de ces victoires qu’il adopte le titre de « roi du Portugal d’en-deçà et d’au-delà de la mer, en Afrique ».
Avant et après Vasco de Gama
Les successeurs de dom Alfonso V ne poursuivent guère sa politique marocaine. Dom Joao II, quant à lui, souhaite avant tout détourner vers Lisbonne le courant des épices qui fait la fortune des Ottomans et des Vénitiens. Il fait alors explorer systématiquement les côtes de l’Afrique et rechercher les meilleures routes dans l’Atlantique Sud. En 1487, les navires de Bartolomeu Diaz doublent le cap des Tempêtes, rebaptisé cap de Bonne-Espérance : ce voyage prouve que l’océan Indien communique avec l’océan Atlantique et qu’il est donc possible d’atteindre les Indes… en contournant l’Afrique.
Mais dom Joao II meurt en 1495, avant d’avoir pu achever son œuvre. Deux ans plus tard, le 8 juillet 1497, dom Manuel « O Venturoso » (c’est-à-dire l’Aventurier) confie à Vasco de Gama la flotte qu’il a lui-même organisée avec soin et qui prend le départ à Belem. Pour la première fois, les flottes portugaises se composent de nefs puissantes et rapides, qui sont à la fois des navires de guerre bien armés et des bateaux de transport. À son voyage d’aller, la flotte décrit un large détour dans l’Atlantique Sud, pour éviter les vents contraires. Ayant doublé le cap de Bonne-Espérance, elle aborde au Mozambique ainsi qu’à Mombasa. Le voyage, éprouvant, se poursuit vers Mélinde et Calicut, que Vasco de Gama atteint en 1498 et où il traite avec le chef local, le Samorim.
Le Portugal a ouvert au monde occidental le monde fascinant de l’Orient. Dorénavant, s’opère l’intercommunication de tous les cycles culturels, écrit Arnold Toynbee, qui a divisé l’histoire universelle en deux grandes époques : avant Vasco de Gama et après Vasco de Gama.
En 1500, la puissante flotte de Pedro Alvarez Cabral s’engage sur la route de l’Inde. Poursuivant sa route, comme le relate une lettre du pilote Pero Vaz de Caminha à dom Manuel, elle trouve une terre ferme, la Terra de Santa Cruz, à la suite d’un large détour en direction sud-ouest, ce qui semble suggérer qu’il s’agit d’une reconnaissance ou d’une prise de possession officielle de la côte brésilienne. Cette même année, les Portugais atteignent la côte orientale de l’Amérique du Nord. Auparavant déjà, quelques expéditions parties du Portugal ont abordé au Groenland et à Terre-Neuve.
Pedro Alvarez Cabral, après avoir contourné le continent sud-américain, jette l’ancre sur la côte indienne, à Cochin, la toute première forteresse portugaise. D’autres expéditions se rendent en Orient ; mais les intérêts déjà établis là-bas, aussi bien politiques qu’économiques, sont très forts et se dressent contre la puissance portugaise.
Dom Manuel envoie alors en Inde, comme vice-roi, Francisco de Almeida, chargé de développer la région et d’enrayer toute opposition. Celui-ci entreprend la construction de plusieurs forteresses à Angedive, Cananore et Cochin. La défaite infligée près de Diu aux escadres du sultan d’Égypte, allié aux Vénitiens, détermine pour un siècle la domination portugaise dans l’océan Indien.
Création de l’Empire lusitanien
L’avance portugaise se poursuit. En 1510 Alfonso Albuquerque, second gouverneur de l’Inde, conquiert Goa qui devient alors le centre de l’administration portugaise en Inde. En 1511, il s’empare de Malacca, qui domine les chemins de l’Extrême-Orient, et étend le commerce royal jusqu’aux Moluques. Puis, n’étant pas parvenu à conquérir Aden en 1515, il érige une forteresse à Ormuz. Outre la domination portugaise sur le commerce oriental, Albuquerque vise au rapprochement avec l’Inde, comme le montre sa politique matrimoniale, et il s’efforce d’intéresser les natifs à l’administration des territoires intégrés dans la souveraineté portugaise.
Entre 1515 et 1520, un navigateur portugais expérimenté qui s’est mis au service de l’Espagne, Fernand de Magellan, se propose de parvenir aux Moluques par les mers occidentales et il obtient que Charles Quint lui confie une petite flotte de cinq vaisseaux. Magellan, empruntant le détroit qui portera son nom, arrive en vue des Philippines, où il est assassiné. Son second, Sebastiano del Cano, achève le voyage jusqu’en Espagne, cette fois par le chemin portugais : le voyage de navigation autour de la terre se trouve ainsi accompli.
Les conséquences de ces découvertes et de ces conquêtes sont d’une extrême importance, autant pour l’histoire du Portugal que pour l’histoire universelle. Sur le plan strictement portugais, elles entraînent la création d’un Empire lusitanien, assurant à travers le monde la souveraineté politique portugaise. Sur le plan international, les horizons humains se trouvent élargis et les sciences expérimentales (géographie, cosmographie, science nautique ou médecine) se développent.