Qui était donc Catilina ?

Catilina (108-62 avant J.-C.), d'après un dessin moderne.
Catilina (108-62 avant J.-C.), d’après un dessin moderne.

Cicéron et Salluste ont dressé de lui un portrait qui le classe comme le héraut de tous les vices, le portrait-type d’une jeunesse sans autre ambition que de satisfaire ses plaisirs, prête à tout pour y recourir, démoralisée par les guerres privées, bref, d’une jeunesse dépravées.
Né dans une famille patricienne appauvrie, Lucius Sergius Catilina devient agent de Sylla lors des proscriptions puis se fait nommé, en 67 avant J.-C., propréteur en Afrique. Des malversations dans le gouvernement de cette province lui fera perdre le consulat en 66 avant J.-C.. Conséquence : Catilina est ruiné et prêt à tout pour recouvrer une stature politique. Il fomente un complot mêlant de jeunes nobles ruinés et des hommes de main du parti populaire mais la tentative d’assassinat de deux consuls échoue (65) de même que la candidature de Catilina en 63 avant J.-C..
Alors qu’en Toscane les soutiens de Catilina commencent à se soulever, Cicéron se fait donner des pouvoirs étendus et dénonce Catilina en pleine Sénat (7 novembre 63 avant J.-C.). Forcé de se démasquer, Catilina quitte immédiatement Rome pour l’Etrurie où il se met à la tête d’une petite armée.
Parallèlement à son action, ses complices, demeurés à rome, sont arrêtés. C’est alors que Cicéron prononce ses célèbres "Catilinaires". Quelques semaines plus tard, Catilina tombait contre Petreius, lieutenant d’Antonius, un collègue de Cicéron.
Mais qui était réellement Catilina ? De fait, le personnage demeure mystérieux, les seuls éléments que les historiens possèdent sur lui étant les écrits ou discours de deux de ses ennemis, Cicéron et Salluste. Pour le reste, certains y verront un démocrate sincère, d’autres se rangeront à l’opinion des tenants du pouvoir. Au final, le mystère reste entier.