Ravel : un succès « populaire »

Maurice Ravel (1875-1937).
Maurice Ravel (1875-1937).

C’est à l’âge -fort tendre en vérité- de sept ans que Maurice Ravel se consacre à la musique. Eléve prometteur du conservatoire de musique il décroche, en 1901, une seconde place au grand prix de Rome. Seconde place décevante mais qui traduisait sans doute le conservatisme d’un jury irrité par l’originalité des premières œuvres du jeune compositeur. Habanera (1895), Menuet antique (1895), Pavane pour une infante défunte (1899) ou encore Jeux d’eau (1901) comptent parmi les premières œuvres de Ravel qui, à la date du concours romain atteint tout juste les 26 ans. De fait, les consécrations officielles feront toujours défaut au compositeur, ce qui ne l’empêchera pas de mener une carrière brillante.
En 1910, il participe à la fondation de la Société musicale indépendante puis aborde le théâtre lyrique avec L’Heure espagnole, qui aura nettement moins de succès que Daphnis et Chloé, un ballet créé en 1912.
Bien que réformé, Ravel s’engage dans la Première Guerre. C’est à cette date, en 1914, qu’il compose un de ses chefs-d’œuvre : le trio pour piano, violon et violoncelle. Ravel reprend ses activités après la guerre, avec plus ou moins de succès. En effet, autant son Daphnis et Chloé avait eu du succès à Moscou, autant sa Valse sera purement et simplement refusée par les Ballets russes. L’Enfant et les sortilèges suivront puis le célèbre Boléro (1928) qui sera son dernier succès. Atteint d’une tumeur au cerveau, Maurice Ravel cesse de composer en 1931. Il mourra six ans plus tard, des suites d’une opération.