Saint Thomas Becket

Vous me haïrez bientôt autant que vous m’aimez, car vous vous arrogez, dans les affaires de l’Église, une autorité que je n’accepte pas. Il faut que l’archevêque de Cantorbéry offense Dieu ou le roi.
Lorsque Henri II élève son ami et chancelier, Thomas Becket, à la charge d’archevêque de Cantorbéry, en 1162, ce dernier expose très clairement sa politique à venir.
Né à Londres en 1117, Thomas Becket gagne rapidement les bonnes grâces d’Henri II et soutient sa politique lors de ses années de chancellerie. Mais, une fois archevêque de Cantorbéry, Thomas change totalement sa façon d’être : il abandonne le luxe dans lequel il vivait et, contrairement aux attentes du roi, défend l’Église d’Angleterre coûte que coûte. Opposé aux édits de Clarendon qui permettent au roi de soumettre le clergé à la justice royale, persécuté, il trouve refuge en France.
Après six années d’exil et un semblant de réconciliation, Becket revient en Angleterre et réaffirme son désaccord.
Le 29 décembre 1170, avec ou sans l’ordre du roi, quatre chevaliers le tuent devant l’autel de la cathédrale. Thomas Becket, martyr et symbole de l’indépendance de l’Église face à la royauté, est canonisé par Alexandre III et son tombeau devient dès lors un lieu de pèlerinage.

Saint Thomas Becket

Vous me haïrez bientôt autant que vous m’aimez, car vous vous arrogez, dans les affaires de l’Église, une autorité que je n’accepte pas. Il faut que l’archevêque de Cantorbéry offense Dieu ou le roi.
Lorsque Henri II élève son ami et chancelier, Thomas Becket, à la charge d’archevêque de Cantorbéry, en 1162, ce dernier expose très clairement sa politique à venir.
Né à Londres en 1117, Thomas Becket gagne rapidement les bonnes grâces d’Henri II et soutient sa politique lors de ses années de chancellerie. Mais, une fois archevêque de Cantorbéry, Thomas change totalement sa façon d’être : il abandonne le luxe dans lequel il vivait et, contrairement aux attentes du roi, défend l’Église d’Angleterre coûte que coûte. Opposé aux édits de Clarendon qui permettent au roi de soumettre le clergé à la justice royale, persécuté, il trouve refuge en France.
Après six années d’exil et un semblant de réconciliation, Becket revient en Angleterre et réaffirme son désaccord.
Le 29 décembre 1170, avec ou sans l’ordre du roi, quatre chevaliers le tuent devant l’autel de la cathédrale. Thomas Becket, martyr et symbole de l’indépendance de l’Église face à la royauté, est canonisé par Alexandre III et son tombeau devient dès lors un lieu de pèlerinage.