Visiter la préhistoire

La Préhistoire vous intéresse ? Suivez ce guide qui, lors de vos pérégrinations françaises, pourra vous permettre de découvrir les plus beaux sites de cette période, là où furent faites les plus belles découvertes.
Sites du paléolithique inférieur (Homo erectus) :
-À Montmaurin (Haute-Garonne) fut découvert un des plus anciens témoignages sur l’Homo erectus : une molaire !
-La grotte de Tautavel (Pyrénées-Orientales) est un des plus intéressants sites du Paléolithique ancien. En effet, c’est là que furent découverts, outre des outils et des ossements d’animaux divers (éléphants, rhinocéros, chevaux, ours, loups, lynx, lapins, belettes, aigles royals), les restes d’un Homo erectus qui vécu il y a 400 000 ans.
-Le site de Terra Amata (Alpes-Maritimes) contient, entre autres choses, des traces de feu volontairement allumés vers 400 000 avant J.-C. et une empreinte de pied humain qui permet d’estimer la taille de l’Homo erectus, soit 1m60.

Vénus de Brassempouy, en ivoire, dite la Dame à la Capuche.

Sites du paléolithique moyen (Homme de Neandertal) :
-Achenheim (Alsace) était sans doute un lieu de transit au retour des grandes chasses où les animaux étaient dépecés.
Le site de Grimaldi (Alpes-Maritimes) renferme plusieurs sépultures, dont celle de « l’homme de Menton », enterré avec la tête ceinte de coquillages, et celle de deux enfants, ayant également de nombreux coquillages autour de leur bassin. Ces « offrandes » laissent supposer qu’il s’agissait de personnes ayant un statut particulier.
-À La Chapelle-aux-Saints (Corrèze), grotte découverte en 1908, se trouve une sépulture : un homme y fut enterré en position fœtale, ce qui suggère le retour à la Terre-Mère, et tenant dans sa main une patte d’animal, sans doute pour que le mort puisse se nourrir dans l’au-delà.
-Le site de La Ferrassie (Dordogne) quatre sépultures ont été mises au jour : une sépulture double, avec un homme et une femme, puis celle d’un enfant et enfin celle d’un fœtus.
-La grotte du Régourdou (Dordogne) confirme l’idée d’un culte rendu aux ours. En effet, plusieurs « coffres » de pierres contenant des ossements d’ours ont été mis au jour ainsi que, cachée sous une dalle de 800 kilos, une double sépulture contenant un squelette humain et un squelette d’ours.
Sites du paléolithique supérieur (Homme de Cro-Magnon) :
-À Brassempouy (Landes) fut découverte la célèbre Dame à la capuche, ainsi que 9 autres « Vénus ».
-Combarelles (Dordogne) est un des premiers sites d’art rupestre découverts en France (1895).
-La grotte de Chauvet, à Combe d’Arc (Ardèche), est un des plus célèbres sites d’art rupestre : on y trouve notamment l’unique représentation d’une panthère tachetée ainsi qu’un crâne d’ours, posé comme sur un autel.
-La grotte de Cosquer (Bouches-du-Rhône) ne fut découverte qu’en 1991 par des plongeurs : l’entrée se situe à 30 m au-dessous du niveau de la mer. Les peintures rupestres s’y trouvant sont une illustration de la faune maritime de l’époque (20 000 avant J.-C.) en Méditerranée : phoques, pingouins, méduses.
-Le site de Cro-Magnon (Dordogne) a donné son nom à l’Homo sapiens sapiens français. Outre le plus vieux « Français » moderne du monde, on y a découvert les premiers exemples de bijoux : des colliers de coquillages.
-Ce n’est qu’avec la découverte du site de Font-de-Gaume (Dordogne), en 1901, que les préhistoriens furent convaincus de la réalité de l’art rupestre. On peut y admirer, entre autres, une paroi couverte de magnifiques bisons.
Grimaldi (Alpes-Maritimes), site neandertalien, fut également fréquenté au paléolithique supérieur : on y a découvert une dizaine de « Vénus », dont le fameux « losange ».
-La Madeleine (Dordogne) est un des nombreux sites d’art rupestre de la région : peintures et sculptures ont été mises au jour, dont une magnifique gravure sur bois représentant un bison se léchant.
-La Mouthe est le premier site d’art rupestre français mis au jour en 1895.
-La grotte de Lascaux (Dordogne), découverte en 1940 par quatre jeunes garçons, est sans conteste le plus fascinant site d’art rupestre : la salle des Taureaux, notamment, dénote de la maîtrise incroyable des artistes.
-À Laussel (Dordogne) fut découverte une « Vénus à la corne », sculptée à même un bloc de pierre.
-Niaux (Ariège) est un des sites les plus récents et, donc, un des derniers à avoir accueilli l’homme de Cro-Magnon.
-La grotte de Rouffignac (Dordogne) présente notamment un ensemble de bouquetins et de mammouths, parmi lesquels le plus beau d’entre eux surnommé le « patriarche ».
-La grotte des Trois-Frères (Ariège) renferme les secrets du « sorcier », une figure sans doute chamanique, mi-homme mi-animal, qui domine la grotte à 4 mètres de haut, sur la voûte. Des fragments de propulseurs y furent également découverts.
-À Tuc d’Audoubert (Ariège), autre site d’art rupestre, ont notamment été mis au jour deux magnifiques bisons modelés dans l’argile.

Visiter la préhistoire

La Préhistoire vous intéresse ? Suivez ce guide qui, lors de vos pérégrinations françaises, pourra vous permettre de découvrir les plus beaux sites de cette période, là où furent faites les plus belles découvertes.
Sites du paléolithique inférieur (Homo erectus) :
-À Montmaurin (Haute-Garonne) fut découvert un des plus anciens témoignages sur l’Homo erectus : une molaire !
-La grotte de Tautavel (Pyrénées-Orientales) est un des plus intéressants sites du Paléolithique ancien. En effet, c’est là que furent découverts, outre des outils et des ossements d’animaux divers (éléphants, rhinocéros, chevaux, ours, loups, lynx, lapins, belettes, aigles royals), les restes d’un Homo erectus qui vécu il y a 400 000 ans.
-Le site de Terra Amata (Alpes-Maritimes) contient, entre autres choses, des traces de feu volontairement allumés vers 400 000 avant J.-C. et une empreinte de pied humain qui permet d’estimer la taille de l’Homo erectus, soit 1m60.

Vénus de Brassempouy, en ivoire, dite la Dame à la Capuche.

Sites du paléolithique moyen (Homme de Neandertal) :
-Achenheim (Alsace) était sans doute un lieu de transit au retour des grandes chasses où les animaux étaient dépecés.
Le site de Grimaldi (Alpes-Maritimes) renferme plusieurs sépultures, dont celle de « l’homme de Menton », enterré avec la tête ceinte de coquillages, et celle de deux enfants, ayant également de nombreux coquillages autour de leur bassin. Ces « offrandes » laissent supposer qu’il s’agissait de personnes ayant un statut particulier.
-À La Chapelle-aux-Saints (Corrèze), grotte découverte en 1908, se trouve une sépulture : un homme y fut enterré en position fœtale, ce qui suggère le retour à la Terre-Mère, et tenant dans sa main une patte d’animal, sans doute pour que le mort puisse se nourrir dans l’au-delà.
-Le site de La Ferrassie (Dordogne) quatre sépultures ont été mises au jour : une sépulture double, avec un homme et une femme, puis celle d’un enfant et enfin celle d’un fœtus.
-La grotte du Régourdou (Dordogne) confirme l’idée d’un culte rendu aux ours. En effet, plusieurs « coffres » de pierres contenant des ossements d’ours ont été mis au jour ainsi que, cachée sous une dalle de 800 kilos, une double sépulture contenant un squelette humain et un squelette d’ours.
Sites du paléolithique supérieur (Homme de Cro-Magnon) :
-À Brassempouy (Landes) fut découverte la célèbre Dame à la capuche, ainsi que 9 autres « Vénus ».
-Combarelles (Dordogne) est un des premiers sites d’art rupestre découverts en France (1895).
-La grotte de Chauvet, à Combe d’Arc (Ardèche), est un des plus célèbres sites d’art rupestre : on y trouve notamment l’unique représentation d’une panthère tachetée ainsi qu’un crâne d’ours, posé comme sur un autel.
-La grotte de Cosquer (Bouches-du-Rhône) ne fut découverte qu’en 1991 par des plongeurs : l’entrée se situe à 30 m au-dessous du niveau de la mer. Les peintures rupestres s’y trouvant sont une illustration de la faune maritime de l’époque (20 000 avant J.-C.) en Méditerranée : phoques, pingouins, méduses.
-Le site de Cro-Magnon (Dordogne) a donné son nom à l’Homo sapiens sapiens français. Outre le plus vieux « Français » moderne du monde, on y a découvert les premiers exemples de bijoux : des colliers de coquillages.
-Ce n’est qu’avec la découverte du site de Font-de-Gaume (Dordogne), en 1901, que les préhistoriens furent convaincus de la réalité de l’art rupestre. On peut y admirer, entre autres, une paroi couverte de magnifiques bisons.
Grimaldi (Alpes-Maritimes), site neandertalien, fut également fréquenté au paléolithique supérieur : on y a découvert une dizaine de « Vénus », dont le fameux « losange ».
-La Madeleine (Dordogne) est un des nombreux sites d’art rupestre de la région : peintures et sculptures ont été mises au jour, dont une magnifique gravure sur bois représentant un bison se léchant.
-La Mouthe est le premier site d’art rupestre français mis au jour en 1895.
-La grotte de Lascaux (Dordogne), découverte en 1940 par quatre jeunes garçons, est sans conteste le plus fascinant site d’art rupestre : la salle des Taureaux, notamment, dénote de la maîtrise incroyable des artistes.
-À Laussel (Dordogne) fut découverte une « Vénus à la corne », sculptée à même un bloc de pierre.
-Niaux (Ariège) est un des sites les plus récents et, donc, un des derniers à avoir accueilli l’homme de Cro-Magnon.
-La grotte de Rouffignac (Dordogne) présente notamment un ensemble de bouquetins et de mammouths, parmi lesquels le plus beau d’entre eux surnommé le « patriarche ».
-La grotte des Trois-Frères (Ariège) renferme les secrets du « sorcier », une figure sans doute chamanique, mi-homme mi-animal, qui domine la grotte à 4 mètres de haut, sur la voûte. Des fragments de propulseurs y furent également découverts.
-À Tuc d’Audoubert (Ariège), autre site d’art rupestre, ont notamment été mis au jour deux magnifiques bisons modelés dans l’argile.