Zeus olympien

Reconstitution par la gravure de la statue de Zeus dans le temple d'Olympie.
Reconstitution par la gravure de la statue de Zeus dans le temple d’Olympie.

Les Antiques, notamment les Grecs, avaient une assez haute opinion de leur monde et de leur savoir-faire. Sans doute est-ce ce qui les conduisit à désigner sept monuments, sept œuvres d’art, supérieures aux autres en grandeur et en magnificence.  Des chefs-d’œuvre qui, dès l’époque de Strabon, géographe du Ier siècle avant J.-C., furent connus sous le nom d’Orbis miracula : les Merveilles du monde, devenues les Sept Merveilles du monde. Parmi elles : le temple de Zeus olympien
Le site d’Olympie est un des plus célèbres de la Grèce : sanctuaire plutôt que ville, il était originellement consacré au culte de Gaïa, la Terre, et d’Héra, jusqu’à ce que le culte de Zeus (Jupiter chez les Romains) prédomine, au moins depuis le VIIIe siècle avant J.-C..
Zeus, rapporte le voyageur Lucien Augé, y avait, dit-on, combattu Cronos, qui lui disputait l’empire du monde, et c’était en commémoration de cette victoire de son père qu’Hercule avait institué les jeux solennels. Plus tard, Zeus lui-même confirma la consécration de cette terre et, frappant le sol de la foudre, il y fit une brèche. Parfois, de cet antre béant, s’échappait une voix qui chantait des oracles redoutés.
 

Le sanctuaire, ou Altis, formait un ensemble d’environ 200 mètres de côtés avec, pour monument principal, le grand temple de Zeus -de 64,12 mètres de long et de 27,66 de large-, construit vers 460 avant J.-C. par l’architecte Libon d’Élis. Mais surtout, à l’intérieur du temple, se trouvait une grande statue de Zeus Olympien, haute de 12 mètres, due au génie du sculpteur Phidias : Zeus était représenté assis sur un trône, le torse fait d’ivoire ; une couronne d’olivier ceignait son front et ses jambes étaient enveloppées dans des draperies d’or, que des fleurs émaillées constellaient. La main gauche, majestueusement relevée, soutenait un sceptre, dominé par un aigle. La hampe du sceptre rayonnait de l’éclat de pierres précieuses et les montants, le socle, le tabouret, tout retraçait les exploits des habitants de l’Olympe.
Lorsque Phidias eut achevé sa tâche, dit-on, il regarda en face le dieu qu’il avait fait et lui demanda :
-Zeus, es-tu content ?
La foudre éclata aussitôt et, tombant aux pieds du colosse, fendit le marbre du sol. Zeus avait répondu…