Exécution de Mata Hari

Margaretha Zelle, plus connue sous le nom de Mata Hari et devenue durant la guerre l’agent H. 21, est fusillée le 15 octobre 1917.
D’origine néerlandaise, Mata Hari est, depuis 1905, célèbre dans le monde du spectacle pour ses fameuses danses de Java. Profitant de sa renommée, elle entretient de nombreuses relations dans les milieux politiques, militaires et diplomatiques. Et quand la guerre éclate en 1914, Mata Hari poursuit ses déplacements à travers l’Europe.
Les services secrets britanniques, qui la soupçonnent d’être une espionne à la solde des Allemands, transmettent le dossier au chef du Deuxième Bureau français, le capitaine Ladoux. Mata Hari, qui se sait surveillée, demande à entrer dans les services secrets… français. Ladoux accepte et lui confie une fausse mission. Mata Hari, qui doit se rendre à Lisbonne, s’arrête à Madrid qui est le centre le plus important de l’espionnage allemand : le doute n’est plus permis. Le piège se referme dès le retour de l’agent H. 21 en France. Après un procès-éclair, la jeune femme est condamnée à mort. Le matin de son exécution, l’espionne la plus célèbre de l’histoire refuse d’avoir les mains liées et affronte la mort sans bandeau sur les yeux.

Cecil Rhodes ou le rêve de l’impérialisme britannique

Cecil Rhodes (1853-1902).
Cecil Rhodes (1853-1902).

Cecil John Rhodes n’avait pas plus de dix-sept ans lorsque, pour la première fois, il foula le sol de l’Afrique du Sud (1870). Entrepreneur hardi, il se lança dans la prospection de diamants où il devait rapidement faire fortune. De retour en Angleterre en 1873, il entame ses études à Oxford, et c’est là que se forme sa pensée coloniale.
De fait, Cecil Rhodes a un rêve : faire du peuple britannique le maître du monde. Uni aux Etats-Unis en une fédération anglo-saxonne, l’Angleterre aurait alors atteint à une puissance incomparable que, dès 1881, il se fit fort de réaliser. Avant l’union avec les Etats-Unis, il fallait donc que l’Angleterre étende sa présence et ce sera, dès lors, l’ambition de Rhodes. Premier objectif : étendre l’autorité de l’Angleterre à toute l’Afrique australe.
De retour en Afrique, il allait se donner les moyens -financiers- de ses ambitions en assurant le monopole de la production de diamants de Kimberley et en étendant ses affaires sur le Transvaal. Ses compagnies, la Gold Fields of South Africa, la De Beer Consolidated Mines Ltd et la British South Africa Company allait faire de Rhodes le magnat incontesté du diamants sud-africain, première étape avant son entrée en politique.
Député du Cap depuis 1881, il convainc l’Angleterre d’établir un protectorat britannique sur le Bechuanaland et, à partir de 1890, lance l’Angleterre dans une vaste entreprise de colonisation entre le Transvaal et le lac Tanganika. Un territoire qui sera dès lors connu sous le nom de Rhodésie, du nom de son "fondateur". Toute trace de l’influence portugaise sera alors effacée, les deux derniers peuples africains soumis. Mais les ambitions de Rhodes n’étaient pas satisfaites. Elles allaient pourtant se heurter à un adversaire de choix en la personne des Boers, nom donné aux colons néerlandais de l’Afrique du Sud. Menés par Kruger, les Boers du Transvaal refusaient obstinément d’entrer dans une fédération sud-africaine. Rhodes, Premier ministre de la colonie du Cap depuis 1890, tenta alors de passer en force : aidé par les colons britanniques établis au Transvaal, il provoqua une révolution à Johannesbourg, puis lança contre le Transvaal le raid de Jameson. Ce sera un échec total ; un échec si cinglant que l’année suivante, en 1896, Rhodes devait donner sa démission de premier ministre et de toutes ses fonctions politiques. Toujours animé du même rêve, il devait alors se consacrer à la modernisation de la Rhodésie, notamment par la construction d’une ligne de chemin de fer, premier pas, à ses yeux, vers une ligne reliant le Cap au Caire.
Acteur de la guerre des Boers, durant laquelle il dirigea la résistance de Kimberley, il aura le temps de voir, avant de mourir, la défaite de ses ennemis, les Boers, et la réalisation de ses vœux. A sa mort, en 1902, l’Afrique australe était entièrement sous domination anglaise…

Shelley, le poète bohême

Juillet 1822, un bûcher funéraire illumine l’embouchure du Serchio. De l’encens, du sel, de l’huile, du vin et un exemplaire du dernier ouvrage de Keats font office d’offrandes… Autour du bûcher, Byron et Leight Hunt rendent un dernier hommage à leur ami Percy Bysshe Shelley, mort le 8 juillet dans un malheureux accident de bateau.
Fils d’un « gentleman-farmer » du Sussex, Shelley devient, dès son entrée à Oxford, celui par qui le scandale arrive : en première année, il est renvoyé pour avoir écrit un pamphlet intitulé La nécessité de l’athéisme, à dix-neuf ans, il se marie contre l’avis de son père et se lance dans la satire sociale puis dans la poésie romantique.
Errant d’Irlande, où il luttait pour l’émancipation, au Pays-de-Galles, du Devon à la Suisse et à l’Italie, Shelley est, comme Byron, le type même de l’écrivain itinérant. Torturé, narcissique, bohême, il est sans doute le plus grand poète lyrique de l’école romantique anglaise.

Wagner et l’Or du Rhin

Richard Wagner (1813-1883).
Richard Wagner (1813-1883).

Si nous avions une vraie vie, nous n’aurions pas besoin d’art, a écrit Richard Wagner dans la préface de Siegfried. L’art commence précisément où la vie réelle cesse, où il n’y a plus rien devant nous.
Et la musique violente et passionnée de Richard Wagner fait véritablement revivre toutes les légendes oubliées des Niebelungen, de Tannhaüser, de Lohengrin ou de Tristan et Iseult. Né à Bellagio, le 22 mai 1813, dans une famille d’artistes amateurs, Wagner, qui est un chef d’orchestre reconnu, atteint la plénitude de son art avec la légende germanique en quatre volets de L’Anneau du Niebelung : L’Or du Rhin, La Walkyrie, Siegfried et Le Crépuscule des dieux.
Cette œuvre magistrale et fascinante, peuplée de lutins, de dragons et semée de sombres histoires de vengeance, a donné un nouveau souffle au théâtre lyrique de l’époque, qui trouvera, toujours sous l’impulsion de Wagner, son lieu de prédilection à Bayreuth.

François-Joseph ou la fin des Habsbourg

Couronné à dix-huit ans François-Joseph va gouverner son empire pendant soixante-huit ans. Empereur d’Autriche et roi de Hongrie depuis 1867, il sera en butte, durant tout son règne, au nationalisme des minorités qui peuplent ses immenses territoires.
Échouant à imposer une politique absolutiste, y compris dans sa propre famille, l’empereur sera vivement touché par de très nombreux drames familiaux : exécution de son frère, Maximilien, au Mexique, suicide de son fils unique, Rodolphe, assassinat de sa femme, la célèbre Sissi, et enfin assassinat, à Sarajevo, de son neveu et héritier, l’archiduc François-Ferdinand.
Allié aux Allemands qui le poussent à venger cette dernière mort, François-Joseph est entraîné dans le premier conflit mondial qui verra, à son issue, la fin de l’Empire austro-hongrois.
À sa mort, le 22 novembre 1916, la couronne revient à son petit-neveu, Charles Ier, qui abdique en 1918, après le démembrement du pays : l’Empire des Habsbourg, vieux de sept cents ans, est définitivement anéanti…

Méhémet Ali, l’homme qui fit trembler l’Orient

Méhémet Ali (gravure du XIXe siècle).
Méhémet Ali (gravure du XIXe siècle).

C’est en combattant les Français en Egypte que ce soldat de fortune d’origine turque ou albanaise devait se distinguer. Venu avec un corps expéditionnaire albanais, il devait  se révéler lors de la bataille d’Aboukir, en 1799. Paradoxalement, cette défaite allait être le début d’une brillante carrière et annoncer une ambition démesurée. En 1804, il s’est emparé du pour et se fait reconnaître pacha d’Egypte. Quelques résistances devaient se faire jour. Pour peu de temps cependant : après que Méhémet Ali eu fait massacrer 480 chefs mamelouk, tout rentra dans l’ordre et il devint le chef incontesté de l’Egypte.
Energique et ambitieux, Méhémet était également un réformateur remarquable. En 1814, il procède à la nationalisation de toutes les terres dont les propriétaires devinrent des fermiers ; il se lance dans un vaste programme de constructions de routes, de canaux, d’atelier ; il développe la culture du coton et introduit celle de la canne à sucre ; transforme le système scolaire, envoie les étudiants égyptiens en Europe et accueille les spécialistes français, qu’ils soient civils ou militaires.
Avec Soliman Pacha, il crée une armée moderne après quoi il n’hésitera guère, sous prétexte de défendre son suzerain le sultan de Constantinople, à provoquer et à chasser les Wahhabites du Hedjaz. Soucieux de préserver les voies de communication et de commerce, il va nettoyer les côtes de la mer Rouge, infestées de pirates, et fera la conquête du Soudan septentrional où il fondera Karthoum.
Doté, grâce aux ingénieurs français, d’une marine digne de ce nom, Méhémet Ali soumet, dans un premier temps, les Grecs insurgés mais l’intervention combinée de la France, de l’Angleterre et de la Russie lui inflige la défaite de Navarin (1827). Malgré cette dernière défaite et le rappel de son fils Ibrahim, Méhémet Ali devait faire payer au sultan de Constantinople le prix de son intervention : Chypre lui sera cédé, alors que la Syrie, qu’il réclamait, lui sera refusé. Malgré tout, on imagine le pouvoir de Méhémet, capable d’imposer, peu ou prou ses désiderata à son suzerain… Un pouvoir dont le pacha d’Egypte était parfaitement conscient puisqu’il n’hésitera pas, suite à ce refus, à rompre les relations avec Constantinople et à lancer l’armée égyptienne, commandée par Ibrahim, à l’assaut de la Palestine et de la Syrie qu’il devait conquérir (1831-1832). L’armée d’Ibrahim marchait sur Constantinople (1832), lorsqu’elle fut arrêtée par l’intervention des Européens. L’année suivante, Méhémet Ali se résignait à la paix tout en conservant la Syrie. La guerre avec la Turquie allait reprendre en 1839. La punition, pour les Turcs, sera la même et, une fois de plus, l’Egypte, malgré le soutien de la France, se vit privée des fruits de sa victoire. Pire, même, sous la pression des Anglais, qui firent bombarder Beyrouth et Acre, les Egyptiens allaient évacuer la Syrie, la Crête, le Hedjaz. Trente années de conquêtes réduites à néant. Ou presque : seule compensation, Méhémet Ali obtint la possession héréditaire de l’Egypte et du Soudan. Sa famille y règnera jusqu’en 1952.

Ravachol, le fauve de l’anarchie

Au cours du mois de mars 1892, deux bombes, visant des magistrats ayant récemment condamné des anarchistes, explosent à Paris. Il n’y a pas de mort mais cinq blessés dans le deuxième attentat, dont une petite fille de quatre ans. La capitale est sous le choc !
Pour la police, il ne fait pas de doute que le fin mot de l’histoire se trouve dans les milieux anarchistes : elle arrête certains sympathisants et apprend l’existence d’un certain Léger. D’allure plutôt bourgeoise, il serait originaire de Saint-Étienne. Aussitôt la police communique à la presse le signalement du suspect qui est arrêté, alors qu’il exposait ses théories au restaurant Véry, quelques jours plus tard. On apprend alors que l’auteur des attentats, car il le reconnaît bien volontiers, s’appelle en fait Ravachol et qu’il est teinturier. Dans sa maison de Saint-Mandé, on découvre un arsenal impressionnant.
Le 26 avril, le procès de l’anarchiste commence. La veille, ses camarades ont fait sauter le restaurant où il avait été arrêté et menacent clairement les juges et les jurés. Ces derniers rendent un verdict « avec circonstances atténuantes » : Ravachol est condamné aux travaux forcés. Mais l’affaire ne s’arrête pas là.
Depuis peu, Alphonse Bertillon, directeur du service de l’identité judiciaire, a mis au point une méthode pour l’identification des criminels : le système anthropométrique. Justement, la fiche signalétique de Ravachol rappelle clairement quelque chose à Bertillon… Consultant ses fiches, il constate que Ravachol n’est autre que François Claudius Kœnigstein, d’origine hollandaise, recherché pour divers crimes par la police de Saint-Étienne. Il apparaît rapidement que le nouveau héros des anarchistes a lâchement assassiné au moins sept personnes âgées, dont deux à coups de marteau. Transféré devant la cour de Montbrison, le fauve de l’anarchie est condamné à mort. Il est guillotiné le 10 juillet 1892.

Oberkampf, père de l’industrie textile

Statue de Christophe Oberkampf (1738-1815), élevée à Jouy-en-Josas.
Statue de Christophe Oberkampf (1738-1815), élevée à Jouy-en-Josas.

Quand Napoléon Ier lui offre une place de sénateur, Oberkampf refuse, mais il accepte le ruban de la légion d’honneur que l’empereur lui remet en lui disant :
-Vous et moi, nous faisons une bonne guerre aux Anglais, vous par votre industrie et moi par mes armes… Mais c’est encore vous qui faites la meilleure !
Oberkampf, manufacturier d’origine bavaroise, s’installe en France en 1757 et y fonde la manufacture de toiles peintes, dites toiles indiennes, à Jouy, puis, deux ans plus tard, la première filature de coton à Essonne. Louis XVI lui confère alors les lettres de noblesse et, en 1790, le département de Seine-et-Oise élève un monument en son honneur. Après cela, il ne cesse de développer ses manufactures et, lorsqu’il meurt en octobre 1815, il est à la tête d’une industrie florissante.

Naissance de Neuschwanstein

Romantique et rêveur à l’excès, Louis II de Bavière (1845-1886) fut un roi fou… de musique et de châteaux. Le 5 septembre 1869, il pose la première pierre du château de Neuschwanstein, inspiré d’une antique forteresse médiévale située non loin de Hohenschwangau, où est né le jeune roi. Les héros de son ami Wagner ornent les murs de Neuschwanstein : Parsifal, Sigfried et surtout Lohengrin, le « Chevalier au cygne », dont Louis reprendra l’emblème.
Le jeune souverain fait construire deux autres châteaux, Linderhof et Herrenchiemsee, qui marquent eux aussi le retour du néo-classicisme et du style néo-gothique en Allemagne comme dans toute l’Europe.
Mais ces constructions coûtent cher et le 12 juin 1886, Louis II est déposé par ses ministres qui invoquent la folie du souverain. Enfermé au château de Berg, il est retrouvé noyé le lendemain.

Wellington : l’homme de toutes les victoires ?

Arthur Wellesley, duc de Wellington (1769-1852).
Arthur Wellesley, duc de Wellington (1769-1852).

Si Nelson a consacré la suprématie de l’Angleterre sur les mers, c’est à Wellington qu’elle doit sa puissance terrestre.
Né à Dublin en 1769 d’une famille anglo-irlandaise, Arthur Wellesley décide très jeune de faire carrière dans l’armée. L’Inde sera sa première destination en 1789. Là, il retrouve son frère aîné qui est gouverneur général de la zone. Il y restera dix-sept ans. De retour en Angleterre, il est élu au Parlement anglais et devient secrétaire pour l’Irlande. Puis éclate la guerre d’Espagne. Nommé lieutenant général, il rejoint les troupes anglaises basées au Portugal. Leur but : mener des actions de guerilla contre les troupes de Napoléon. Wellesley multiplie les victoires : Torres-Vedras, Arapiles, Vitoria. Face à lui, les meilleurs généraux de Napoléon : Masséna, Marmont, Jourdan. Lorsque les Français décident, après Vitoria, de quitter l’Espagne, c’est jusqu’à Toulouse que l’aristocrate anglais les poursuit. Une bravoure et un acharnement qui devaient lui valoir le titre de marquis Douro duc de Wellington.
Après l’Espagne, le gouvernement anglais lui confie les troupes de l’alliance qui devront affronter Naopléon à Waterloo. Lorsque Napoléon revient de l’île d’Elbe, l’Angleterre lui déclare immédiatement la guerre sans lui donner le temps de se préparer. L’alliance, par contre, est tout à fait prête, unissant contre l’Empereur l’Autriche, la Prusse, la Belgique et la Hollande en plus de l’Angleterre. Et c’est donc à Wellington qu’échoie le commandement des 93 000 hommes que compte l’armée alliée. Ni les cavaliers de Ney ou de Kellermann, ni la Vieille Garde de Cambronne ne pourront rien contre l’armée de l’Alliance.
Et lorsque Blücher et ses Prussiens arrive nt, les troupes françaises n’ont d’autre choix que de reculer. Waterloo sonne le glas des ambitions napoléoniennes ; la fin de l’Empire et augmente le prestige de l’Angleterre à travers toute l’Europe.
A la conférence de paix qui suit la fin de l’Empire, Castlereagh, ministre de la défense, et Wellington siègent aux côtés des têtes couronnées d’Europe où on les comblent d’honneurs.
De retour en Angleterre le vainqueur de Waterloo est appelé au gouvernement de George III, qui le nomme Premier ministre. La situation du pays est catastrophique. Les ouvriers et les paysans sont au bord de la révolte ; au Parlement, un projet de réforme oppose conservateurs et libéraux ; en Irlande, les catholiques demandent le droit de siéger au Parlement. Wellington leur cèdent en signant l’Acte d’émancipation, mais persiste dans sa volonté de réformer le Parlement. Au final, il fait l’unanimité contre lui et, en 1830, son ministère tombe.
C’est donc en Angleterre que Wellington signe sa première défaite. Ce sera la seule. Retiré sur ses terres, il décède en 1852, non sans avoir reconquis quelque brin de popularité.