Cook : l’invitation au voyage

James Cook (1728-1779).
James Cook (1728-1779).

C’est sur la terre ferme que naquit James Cook en 1728. Fils d’un fermier du Yorkshire, il devient apprenti épicier avant d’apprendre le métier de marin avec des pécheurs de sa région. Dès lors, Cook ne devait plus voir sa vie que sur la mer. Il acquit, en autodidacte, des notions de mathématiques et d’astronomie et entra, en 1755, dans la marine royale anglaise. Tout en prenant part aux opérations navales dans les eaux canadiennes, Cook complète sa formation scientifique et se voit confier, entre 1763 et 1767, de lever les côtes de Terre-Neuve. Cette première mission fait office de ban d’essai et, à peine Cook a-t-il mener cette entreprise à bien qu’il se voit confier une nouvelle mission, autrement plus importante, plus motivante aussi. Trois fois de suite, en effet, le gouvernement britannique devait charger le marin d’accomplir un tour du monde. Le premier, de 1768 à 1771, avait pour but d’observer le passage de Vénus sur le soleil à Tahiti. Parti de Plymouth à bord de l’Endeavour, Cook séjourna sur l’île d’avril à juillet 1769 puis découvrit les îles de la Société, reconnut la Nouvelle-Zélande, redécouvrit le détroit de Torres et regagna l’Angleterre en juillet 1771. Le second voyage de Cook avait pour objet de résoudre le problème du continent austral, qui tourmentait depuis longtemps les géographes. Parti en juillet 1772 avec deux navires, la Resolution et l’Adventure, Cook et ses équipages devaient faire trois croisières antarctiques et acquérir la certitude de l’inexistence d’un grand continent austral.
L'équipe de Cook à Java (tableau du XVIIIe siècle).
L’équipe de Cook à Java (tableau du XVIIIe siècle).

Au cours de ce même voyage, il fit de nouvelles visites aux îles Sandwich, visiter la Calédonie avant de rentrer en Angleterre en 1775. Un troisième voyage, à bord de la Resolution et de la Discovery, conduira Cook vers les côtes américaines. Avant de les longer, il découvrit les îles Hawaï (1778) puis tenta de percer le passage du Nord-Ouest, en vain. C’est lors d’un second séjour à Hawaï, en février 1779, que James Cook devait périr, tué par les indigènes.
L’héritage de Cook est cependant impressionnant : il apparaît en effet comme le premier navigateur scientifique moderne et le plus complet. Sa curiosité, manifeste dans sa vocation et dans son action, trouvera un écho dans les carnets de ses trois voyages autour du monde que Cook prendra soin de décrire par le menu, poursuivant ainsi une tradition d’information et de relevés scientifiques que tous les grands navigateurs scientifiques sauront appliquer.

Guillaume Penn fonde la Pennsylvanie

Guillaume Penn (1644-1718).
Guillaume Penn (1644-1718).

Né à Londres en 1644, Guillaume Penn devient, à l’âge de vingt-deux ans, un fervent adepte de la religion des amis, le quakerisme. Après quelques séjours à la Tour de Londres, Penn décide de quitter l’Angleterre. Il parcourt l’Allemagne et la Hollande en prêchant. En 1681, il revient à Londres et obtient, contre une créance de seize mille livres, une concession pour un territoire du Nouveau Monde. Sous son égide, cette terre, située à l’ouest de la Delaware, devient une colonie qui prend le nom de Pennsylvania.
Le 25 avril 1682, Guillaume Penn donne aux colons une constitution en vingt-quatre articles qui font de la Pennsylvanie l’un des premiers États démocratiques. Terre d’asile, ce pays devient le refuge des persécutés.
En 1684, Penn décide de rentrer à Londres. Ami du roi Jacques II Stuart, il tente alors d’inspirer au souverain une politique de tolérance religieuse : en 1687, il obtient la Déclaration d’indulgence. À la chute des Stuart, un an plus tard, Penn est à nouveau persécuté et privé du gouvernement de sa colonie de 1692 à 1694. Resté en Angleterre, Guillaume Penn meurt près de Londres le 30 juillet 1718. Mais son œuvre lui survit : la constitution donnée à la Pennsylvanie inspirera largement la future constitution des États-Unis.

Gama ouvre l’Inde au monde

Vasco de Gama (vers 1469-1524) devant le roi de Calicutt (iconographie du XIXe siècle).
Vasco de Gama (vers 1469-1524) devant le roi de Calicutt (iconographie du XIXe siècle).

C’est Joao Ier et surtout son fils, Henri le Navigateur, qui sont à l’origine de l’extraordinaire expansion maritime du Portugal au XVe siècle. Fondateur d’un immense chantier naval, inspirateur d’une véritable « école » de géographes, Henri le Navigateur verra sous son règne la découverte de Madère, des Açores, du Cap-Vert, de la Guinée et du Sierra Leone. À sa mort, les caravelles portugaises approchent de l’équateur et longent la côte du Liberia actuel. L’impulsion est donnée et, à partir de 1460, l’exploration et le commerce sur les côtes de Guinée sont confiés à Fernao Gomes, qui a pour mission de découvrir chaque année près de cent lieues de littoral ! Grâce à l’expérience accumulée ainsi qu’aux progrès réalisés par les Portugais dans l’art de la navigation, Fernao Gomes avance progressivement vers le sud, tout en développant efficacement le commerce dans la région de la Guinée. Désirant détourner vers Lisbonne le courant des épices qui fait la fortune des Ottomans et des Vénitiens, Joao II fera explorer systématiquement les côtes de l’Afrique et rechercher les meilleures routes dans l’Atlantique Sud. C’est ainsi qu’en 1487, les navires de Bartolomé Diaz doublent le cap des Tempêtes, rebaptisé cap de Bonne-Espérance : l’océan Indien communique avec l’océan Atlantique et il est donc possible d’atteindre les Indes… en contournant l’Afrique.
C’est ce qu’entreprendra Vasco de Gama, sur la demande de dom Manuel « O Venturoso » (c’est-à-dire l’Aventurier). En juillet 1497, Gama quitte Belem, au Portugal, double le cap de Bonne-Espérance et aborde le Mozambique avant d’atteindre Calcutta en 1498. Une odyssée fascinante, relatée par un de ses compagnons, Alvaro Velho. Devenu Amiral des Indes, il entreprendra une seconde expédition, en 1502, qui marque le début de l’empire colonial portugais. Un empire commercial qui fera la richesse du Portugal durant des années.
Avec Gama, écrit Arnold Toynbee, « le Portugal a ouvert à l’Occident le monde fascinant de l’Orient. Dorénavant, s’opère l’intercommunication de tous les cycles culturels qui a divisé l’histoire en deux grandes époques : avant Vasco de Gama et après Vasco de Gama ».

Villegaignon au Brésil

Nicolas Durand de Villegaignon (1510-1571) atteint la baie de Rio de Janeiro le 10 novembre 1555, avec ses trois vaisseaux : l’expédition a pour but de chasser les Portugais du Brésil et de faire de ce pays la «France antarctique». Les pionniers français sont, en majorité, des « têtes brûlées » recrutées dans les prisons de Rouen ou de Paris et Villegaignon a toutes les peines du monde à se faire obéir. Abandonné par ses hommes, le chef de l’expédition se réfugie à Fort-Coligny puis à Henryville.
En réponse à ses appels au secours, l’amiral de Coligny envoie quelques protestants, espérant ainsi fonder une communauté réformée. Mais l’arrivée du contingent huguenot, en 1557, va compliquer encore plus la position de Villegaignon qui échoue à diriger la colonie.
De retour en France, il est attaqué aussi bien par les catholiques que par les protestants. À sa mort, en 1571, le Brésil est entièrement sous le contrôle des Portugais depuis 1560.

La Sardaigne, objet de toutes les convoitises

La mort de l'épouse de Bélisaire par Kinsoen (XIXe siècle).
La mort de l’épouse de Bélisaire par Kinsoen (XIXe siècle).

Habitée depuis le IIIe millénaire avant J.-C., la Sardaigne va entretenir très rapidement des relations avec ses voisins, plus ou moins proche, notamment avec l’Espagne. L’apogée de la civilisation du bronze, vers 1400-1500 avant J.-C., s’y manifeste par de nombreux monuments qui témoignent d’une intense vie religieuse. Très rapidement également, cette île allait être l’objet de toutes les convoitises : les Phéniciens y établissent trois comptoirs, les Phocéens un. C’est la coalition punico-étrusque qui, au VIe siècle avant J.-C., va rejeter l’influence phocéenne et placer la Sardaigne dans la mouvance carthaginoise. Dès 259 avant J.-C., les Romains commenceront à lorgner sur l’île qui, après la guerre des Mercenaires (238 avant J.-C.), fera partie, avec la Corse, de la deuxième province romaine, la Sicile étant la première. La pacification fut cependant bien difficile. Détachée de la Corse et érigée en province sénatoriale (Ier siècle de notre ère), elle devint province impériale et fut occupée par les légions, preuve, s’il en est, que, plus de deux siècles après sa conquête, la pacification n’était pas achevée. Séjour peu enviable en raison des fièvres qui y sévissaient, l’île devint un lieu de déportation où les condamnés étaient appelés à travailler dans les mines.
Occupée par les Vandales au Ve siècle, où ils devaient déporter les évêques d’Afrique, la Sardaigne sera reconquise par Bélisaire. Malgré tout, les Byzantins ne réussirent pas à empêcher l’installation arabe dès le milieu du VIIIe siècle. En 1022, soutenue par Gênes et Pise, l’île devait recouvrer sa liberté. Façon de parler bien sûr puisqu’elle devint alors l’objet d’un partage entre les deux cités, l’une ayant le soutien des Hohensaufen et l’autre jouant la carte de "l’indépendance". Finalement, la Sardaigne allait être attribuée à l’Aragon par Boniface VIII. Elle passa ensuite à l’Espagne qui la conserva jusqu’au traité d’Utrecht (1713), date à laquelle elle passa sous influence autrichienne. En 1720, l’empereur Charles VI, désireux de reconstituer le royaume des Deux-Siciles, devait échanger la Sardaigne contre la Sicile au duc de Savoie. Ainsi fut constitué le Royaume de Sardaigne ou les Etats sardes, qui seront intégrés au royaume d’Italie en 1861.

Le nouvel Éden de Bougainville

Louis Antoine de Bougainville (1729-1811).
Louis Antoine de Bougainville (1729-1811).

Je suis un voyageur et un marin, c’est-à-dire un menteur et un imbécile aux yeux de cette classe d’écrivains paresseux qui, dans les ombres de leur cabinet, philosophent à perte de vue sur ce monde et ses habitants.
Fils d’un notaire parisien, Antoine de Bougainville, après des études de mathématiques puis de droit, entre dans la Royale et découvre le Canada et le goût de l’aventure. Emporté par le virus de la découverte, Bougainville entame, en 1766, un tour du monde qui le conduira, du moins l’espère-t-il, vers un nouvel Éden.
Et début avril 1768, son rêve devient réalité : sous ses yeux émerveillés apparaît… Tahiti !
Enthousiasmé, Bougainville en fait une description idyllique, bien qu’il n’y soit resté que sept jours ! De retour en France, il tentera un dernier voyage mais c’est à Paris, en août 1811 que s’éteint un des plus grands navigateurs français.

Formose « la belle »

Carte de l'île de Formose (XVIIIe siècle).
Carte de l’île de Formose (XVIIIe siècle).

Ce sont les Portugais qui, lors de leur première apparition sur l’île, en 1590, vont lui donner le nom de Formose, qui signifie « la belle ». de fait, l’île de T’ai-wan –de son nom chinois- sera l’objet de bien des conquêtes, de bien des convoitises. Occupée par les Hollandais qui, à partir de 1624, en font un riche comptoir commercial, elle sera successivement occupée par la Chine –qui l’interdit aux étrangers jusqu’en 1858-, du Japon (1874), des Français (1884-1885), à nouveau du Japon (1895) et encore de la Chine. Mais si belle soit elle, cette île aurait sans doute connue le sort de la multitude d’îlots placés sous le contrôle de l’Empire chinois si, à partir de 1949, elle n’avait abrité le gouvernement nationaliste de Tchiang Kaï-chek.
Refuge des exilés du communisme, symbole d’une autre Chine, une Chine ouverte, libre, Taïwan représente, depuis plus de 60 ans, un véritable camouflet pour le pouvoir communiste qui, malgré ses prétentions néo-capitalistes, n’en continue pas moins de proclamer la prochaine « libération » de l’île…

Les pèlerins du Mayflower

Partis le 16 décembre 1620 du port de Southampton, il suffit de quelques mois aux «pères pèlerins» embarqués à bord du Mayflower pour atteindre la baie de Cap Cod, le 21 décembre de la même année. Calvinistes anglais aux mœurs puritaines, ils ont quitté un pays qu’ils jugeaient peu orthodoxe, avec la ferme volonté de créer une communauté totalement fidèle aux enseignements de la Bible.
Cent quarante-neuf hommes, femmes et enfants constituent cette première colonie installée à Plymouth et dirigée par un gouverneur, William Bradford. Ils obéissent à un acte signé sur le Mayflower, qui établit une première forme de gouvernement.
Les pèlerins du Mayflower sont restés dans l’histoire comme les plus célèbres parmi les colons américains.

Ceylan, l’âme du « Petit Véhicule »

Une habitante de Ceylan et son enfant (gravure du XIXe siècle).
Une habitante de Ceylan et son enfant (gravure du XIXe siècle).

C’est par l’invasion de l’île que Ceylan entre véritablement dans l’histoire : les Aryens d’Inde s’emparent des côtes au Ve siècle avant J.-C., repoussant vers l’intérieur des terres les Vedda, un peuple de chasseurs. A la même époque, en 483 avant J.-C., le prince indien Vijaya fonde le premier royaume singalais, de civilisation hindouiste. C’est au IIIe siècle avant J.-C. que le bouddhisme est introduit dans l’île par des missionnaires envoyés par l’empereur indien Açoka. Anuradhapura devient alors la capitale du bouddhisme singalais et c’est de là qu’elle va rayonner sur toute l’Indonésie et la péninsule malaise. La tradition bouddhiste veut même que ce soit les moines de Ceylan qui, au Ier siècle avant J.-C., mirent par écrit le canon pâli, faisant de Ceylan le cœur du bouddhisme du Petit Véhicule.
Un statu qui n’empêchera pas Ceylan d’être la proie des invasions. Dès les premiers siècles de notre ère, les Tamouls allaient tenter, à plusieurs reprises, de s’emparer de l’île. Ils y réussiront presque, notamment au XIe siècle, lors de l’invasion du roi des Chola, Rajaraja Ier. Réfugiés dans la partie sud-ouest de l’île, les Singalais devaient finalement se redresser au XIIe siècle et reconquérir la majeure partie de l’île. Un royaume tamoul devait cependant perdurer a nord de l’île.
L'île de Ceylan, d'après une carte catalane ancienne.
L’île de Ceylan, d’après une carte catalane ancienne.

Déjà connue et régulièrement visitée par les voyageurs arabes, Ceylan commence à être colonisée par les Portugais en 1505. Le christianisme apparaît et seul le royaume indigène de Kandy, situé dans un massif montagneux au centre de l’île, parvient à conserver son indépendance… jusqu’au début du XIXe siècle.
Par contre, le reste de l’île va être la proie des colons divers : en 1656, les Hollandais chassent les Portugais, avant de céder la place, à leur tour, en 1795, aux Anglais. Une possession reconnue en 1802 au traité d’Amiens. Après un premier échec en 1803, les Anglais parviendront même à s’emparer du royaume de Kandy en 1815, jusqu’aux jours de l’indépendance de l’île en 1945.

La bataille d’Agosta

L'amiral Michel de Ruyter (1607-1676).
L’amiral Michel de Ruyter (1607-1676).

La révolte de Messine contre les autorités espagnoles, en 1676, est le prétexte tout trouvé pour Louis XIV de s’opposer encore à l’Espagne. C’est également l’occasion pour Duquesne d’affronter, une fois de plus, l’amiral hollandais Ruyter, venu soutenir les Espagnols. Après quelques combats, les navires ennemis s’opposent, de nouveau, à Agosta, le 22 avril 1676.
Le choc est terrible. Les deux chefs se retrouvent face à face. « Bientôt on vit quelque chose d’extraordinaire se passer sur La Concorde. Son feu chancela, elle vira de bord à la faveur des nuages épais que formaient, de part et d’autres, les canonnades. Ruyter vient de tomber, frappé à mort. ».
La nouvelle sème le désordre dans la flotte hollandaise qui rompt le combat. Duquesne s’incline devant la dépouille de son ennemi vaincu et, sur le passage du vaisseau qui ramène le Hollandais chez lui, Louis XIV ordonne qu’on lui rende les honneurs militaires.