Adalhard : de disgrâce en disgrâce

Lettre manuscrite de Charlemagne.
Lettre manuscrite de Charlemagne.

C’est à la cour de Charlemagne que "sévit" tout d’abord Adalhard, fils de Bernard, lui-même fils illégitime de Charles Martel. Cousin germain de Charlemagne, Adalhard avait été élevé à la cour avec son frère Wala et avait même occupé le poste de conseiller de l’empereur. Mais la disgrâce d’Ermengarde, fille du roi des Lombards, par le volage empereur allait entraîner sa disgrâce. Entré au couvent de Corbie en 772-773, il devait y demeurer vingt ans. Là, la règle de saint Benoît était observée, une règle que le jeune homme aura loisir d’approfondir en séjournant au Mont-Cassin, berceau de l’ordre bénédictin. Il ne quittera le Mont-Cassin que pour reprendre le chemin de Corbie où il sera fait abbé.
Réconcilié avec l’empereur, il sera nommé, en 796, "missus", c’est-à-dire "envoyé", auprès du roi Pépin puis de son fils Bernard. En 809, il prit part au synode d’Aix-la-Chapelle puis, en 814, au concile de Noyon. Mais la mort de Charlemagne allait, de nouveau, entraîner sa disgrâce.