Bara, martyr de la Révolution ?

Portrait imaginaire de Joseph Bara (1780-1793).
Portrait imaginaire de Joseph Bara (1780-1793).

Cela ne fait pas un mois que l’événement a eu lieu que déjà la Convention ne parle que de ça, trouvant en Robespierre son meilleur porte-parole. L’histoire veut en effet que, le 7 décembre 1793, la France ait perdu un de ses jeunes héros, un « parfait modèle pour exciter dans les jeunes cœurs l’amour de la gloire, de la Patrie et de la vertu », selon les propres mots de Robespierre. Cet hommage poignant, l’Incorruptible l’adresse à Joseph Bara, tombé près de Cholet sous les coups meurtriers des Chouans alors qu’il clamait : « Vive la République ! » Le jeune tambour avait à peine treize ans… Le courage de Bara, sa générosité –ne faisait-il pas parvenir toute sa solde à sa pauvre mère ?- lui vaudront même, sur les instances de Robespierre, les honneurs du Panthéon.Pour peu de temps cependant puisqu’on l’en retirera en 1795.