Carthage : la cité orgueilleuse

Un guerrier carthaginois, d'après une statuette antique.
Un guerrier carthaginois, d’après une statuette antique.

Selon la légende, ce serait la fameuse reine Didon, sœur du roi de Tyr Pygmalion, qui fonda Carthage. La même Didon que le héros de Virgile, Enée, quitte à regret pour fonder… Rome. Etonnant comme ces deux orgueilleuses cités semblent profondément liées, même dans l’esprit d’un Romain. Mais l’histoire de Rome et de Carthage n’est pas une histoire commune ; seules quelques années de guerre les uniront dans l’histoire du monde pour l’éternité. Au contraire, c’est comme si ces deux cités conquérantes avaient grandi en parallèle, comme si elles s’étaient étendues, chacune d’un côté de la Méditerranée jusqu’à ce qu’elles finissent par se heurter.
Fondée au IXe siècle avant J.-C., par Didon selon la légende et par des marins et des commerçants phéniciens selon l’histoire, Carthage, dont le nom « Kart hadasht » signifie « la nouvelle ville », comptait à l’origine parmi les multiples comptoirs phéniciens. Elle ne devra son changement de statu qu’à la ruine de Tyr, cité dont elle était issue, ce qui la libérera de toute allégeance et attirera vers elle les autres colonies phéniciennes de la Méditerranée occidentale.