Champlain, l’homme du Canada

Portrait factice -on ne connaît pas son vrai visage- de Samuel de Champlain (v. 1580-1635).
Portrait factice -on ne connaît pas son vrai visage- de Samuel de Champlain (v. 1580-1635).

Depuis le XVIe siècle, la rivalité entre la France et l’Angleterre a un nouveau terrain de prédilection : le Canada. Découvertes par un navigateur italien au service de l’Angleterre, John Cabot, les rives du Canada ne tardent pas à attirer des explorateurs français, comme Jacques Cartier qui remonte le Saint-Laurent en 1534.
Mais la colonisation ne commence vraiment qu’en 1604 avec l’arrivée de Champlain et de du Gua de Monts. Champlain sera le « grand homme » du Canada, presque son fondateur tant cet homme était visionnaire. Et visionnaire pour tout le continent d’ailleurs puisqu’il sera l’un des premiers à suggérer le percement de l’isthme de Panama…
En 1608, Champlain, devenu l’adjoint du lieutenant général de la Nouvelle-France, fonde le « site » de Québec d’où il multipliera les expéditions : à partir de 1620, il entreprend de pacifier les tribus indiennes et se consacre à la colonisation de l’immense territoire qui s’étend devant lui. La guerre aura cependant raison de l’œuvre première de Champlain qui, après un siège très éprouvant, livre Québec aux Anglais. Après trois ans d’occupation, le traité de Saint-Germain-en-Laye, signé en 1632, restitue Québec et le Canada à la France et Champlain reprend ses explorations. À sa mort, en 1635, la colonie est encore réduite, mais elle constitue le point de départ d’une immense colonie.