Hanovre : entre Allemagne et Angleterre

Georges V de Hanovre (1819-1878).
Georges V de Hanovre (1819-1878).

Avant d’être annexé par la belliqueuse Prusse en 1866, le duché de Hanovre, bordé par les Pays-Bas d’un côté, la mer du Nord de l’autre et l’Elbe du troisième, était une terre riche et convoitée. Riche parce qu’elle était par nature un lieu de passage ; convoitée parce qu’une telle richesse ne pouvait que faire des envieux.
Territoire des Chérusques -que les Romains échouèrent à soumettre-, des Lombards et des Chauques, Hanovre fut ensuite largement occupé par les Saxons. Intégré au duché de Bunswick, l’Etat de Hanovre ne se constitua qu’après la réunion, au Moyen Âge, de plusieurs principautés issues des diverses branches de la famille de Brunswick. Ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’Ernest-August, duc de Brunswick-Lüneburg, obtint de l’empereur Léopold Ier un acte qui lui conférait, à lui et à ses descendants mâles par ordre de primogéniture, la dignité électorale. Un acte qui unifiait les quatre provinces de Lüneburg, Kalenberg, Göttingen et Grubenhagen et qui donnait à ce nouvel Etat une véritable indépendance.
Marié à Sophie, fille de l’électeur palatin et petite-fille de Jacques Ier Stuart, Ernest-August avait également acquis quelques droits possibles à la succession de la couronne d’Angleterre. Poursuivant la politique indépendantiste, unioniste et matrimoniale de son père, Georges-Louis devait unir à ses domaines le reste de l’ancien duché de Brunswick en épousant Sophie-Dorothée, qui en était l’héritière.