Hatchepsout, « pharaon » d’Egypte

Hatchepsout, d'après une statue antique.
Hatchepsout, d’après une statue antique.

Hatchepsout. Ce nom ne vous est pas inconnu ? Rien de plus normal, il circule sur toutes les ondes. En effet, sa momie vient d’être retrouvée et identifiée dans les sous-sols même du musée du Caire. Une momie de plus ? Peut-être, mais il s’agit de la momie d’une reine devenue pharaon. D’une souveraine du XVe siècle avant J.-C. qui su gouverner avec le désir de faire prospérer son pays, de favoriser le commerce, notamment vers le riche pays du Pount –situé sur les rives arabe et africaine de la Mer rouge. Une souveraine qui désira marquer les mémoires par une politique artistique et architecturale d’envergure, comme le rappel le temple de Deir el-Bahari. Une souveraine enfin dont el nom sera systématiquement effacé des listes royales, rayé de tous les monuments par son successeur, Thoutmôsis III. D’où provenait cet acharnement, cette haine qui poursuivra la reine-pharaon jusqu’après sa mort ? De sa prise de pouvoir, de son usurpation diront certains. Mais d’usurpation, il n’y en eut jamais, Hatchepsout étant la reine légitime.