Il était une fois l’écriture

Cylindre d'écriture babylonienne.
Cylindre d’écriture babylonienne.

Depuis les matériaux les plus anciens, jusqu’à la révolution numérique, cent quatre-vingts pièces retracent l’histoire de l’écriture à travers les âges. Argile en Mésopotamie, papyrus en Égypte, bambou en Chine : les hommes ont emprunté à leur environnement le matériau de leur écriture. S’ils sont parfois contraints d’utiliser ce qu’ils trouvent à leur portée -un caillou à Thèbes, un tesson de poterie, voire même une chemise, sur laquelle Latude, prisonnier de la Bastille, écrivit avec son sang- c’est l’usage qui dicte le choix du support.
Dans la pierre, nos ancêtres ont gravé, pour l’éternité, leurs codes administratifs et religieux. Les tablettes de bois ont été employées depuis le IIIe millénaire avant notre ère jusqu’à aujourd’hui, où on les retrouve dans les kouttab, les écoles islamiques où les élèves apprennent le Coran. Quant aux matières précieuses, elles sont réservées aux dieux et aux princes.
Ainsi, de l’argile mésopotamien au cédérom, les supports du savoir n’ont cessé d’évoluer vers une meilleure multiplication et diffusion des textes.